News

Ruée vers un club péruvien: au moins 13 personnes meurent dans une discothèque illégale

La police a été appelée samedi soir au Thomas Restobar dans le quartier de Los Olivos de la capitale du Pérou pour mettre fin à une fête illégale à laquelle plus de 120 personnes assistaient.

Des mesures de distanciation sociale sont obligatoires au Pérou, les grands rassemblements sociaux sont interdits et il y a un couvre-feu national à 22 heures dans le but de ralentir la propagation du coronavirus.
Le Pérou a été l’une des premières nations des Amériques à prendre des mesures préventives strictes contre les coronavirus, mais est maintenant l’un des pays les plus touchés d’Amérique latine, avec plus de 576000 cas, selon les chiffres de l’Université Johns Hopkins. Plus de 27 000 sont morts du virus à ce jour, rapporte JHU.

Dans un communiqué officiel, le ministère de l’Intérieur a indiqué que la police n’avait utilisé «aucun type d’arme ou de gaz lacrymogène pour nettoyer les lieux». Lorsque les gens ont commencé à fuir la salle du 2e étage en essayant de s’éloigner de la police, ils ont été écrasés dans les escaliers.

La police a déclaré dans un communiqué avoir ouvert une enquête pour identifier les propriétaires de la discothèque et les responsables de l’événement. La police a déclaré que 23 personnes avaient été arrêtées.

“Le ministère de l’Intérieur regrette profondément la mort de 13 personnes à la suite de l’irresponsabilité criminelle d’un propriétaire d’entreprise sans scrupules”, indique le communiqué.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page