HealthNews

Keïta, le leader déposé du Mali, serait hospitalisé

BAMAKO, Mali – Ibrahim Boubacar Keïta, le président malien évincé lors d’un coup d’État militaire le mois dernier, a été hospitalisé mardi soir dans une clinique privée, intensifiant les craintes sur l’état de santé de l’homme de 75 ans après avoir été détenu pendant 10 jours par la junte qui a pris le pouvoir .

L’état de M. Keïta n’était pas immédiatement connu et il n’était pas certain qu’il serait évacué à l’étranger pour des soins médicaux. Son hospitalisation a été confirmée à l’Associated Press par deux personnes de la clinique qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat.

L’ancien président malien est apparu décharné sur les photos récentes, et les inquiétudes se sont accrues pendant sa détention militaire dans des casernes à l’extérieur de la capitale.

M. Keïta, qui a été élu pour la première fois en 2013, avait encore trois ans à son deuxième mandat lorsque des soldats mutins l’ont détenu à son domicile. Quelques heures plus tard, il est apparu dans une émission de minuit à la télévision d’État, disant aux Maliens qu’il démissionnerait immédiatement afin qu’aucun sang ne soit versé pour qu’il reste au pouvoir.

Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté contre le gouvernement dans les mois qui ont précédé le renversement de M. Keïta. Mais la communauté internationale a dénoncé son éviction et un groupe de gouvernements régionaux a imposé des sanctions au Mali, fermant les frontières et interrompant les transactions financières.

La France, les Nations Unies et d’autres ont appelé à sa libération immédiate, et il a finalement été emmené à son domicile jeudi où il est resté sous surveillance militaire. Un proche a déclaré à l’AP que M. Keïta n’avait pas pu voir son médecin personnel.

Il y a une inquiétude répandue que le bouleversement politique au Mali pourrait permettre aux extrémistes islamiques d’étendre leur portée, bouleversant plusieurs années de soutien international, y compris une mission de maintien de la paix de l’ONU qui a travaillé pour stabiliser le pays. Après le dernier coup d’État du Mali, en 2012, les extrémistes ont pris le pouvoir dans les villes du nord pour être évincés l’année suivante par une intervention militaire dirigée par la France.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page