News

Facebook empêche un Français de diffuser ses derniers jours

Alain Cocq, 57 ans, originaire de Dijon dans l’est de la France, souffre d’une maladie rare incurable qui fait que ses artères collent ensemble.

Il estime qu’il n’aura plus que des jours à vivre après avoir arrêté tous les médicaments, aliments et boissons, ce qu’il prévoyait de faire vendredi soir.

Cocq avait l’intention de diffuser ses derniers jours sur la plateforme, pour faire connaître les lois françaises sur l’aide à mourir.

Dans un communiqué samedi, Facebook a déclaré que la diffusion en direct avait été empêchée pour éviter de promouvoir l’automutilation.

“Nos pensées vont à Alain Cocq pour ce qu’il traverse dans cette triste situation et à tous ceux qui en sont personnellement affectés”, a déclaré la société dans le communiqué.

“Tout en respectant la décision d’Alain d’attirer l’attention sur cette question importante, nous empêchons les retransmissions en direct sur son compte en nous basant sur les conseils d’experts selon lesquels la représentation de tentatives de suicide pourrait déclencher et favoriser davantage d’automutilation.”

Cocq avait auparavant fait pression sur le président Emmanuel Macron pour lui permettre de mourir par «assistance médicale active», mais sans succès.

L’euthanasie est illégale en France. La loi française dicte également que la sédation profonde et continue, qui peut hâter la mort d’une personne et la rendre inconsciente jusqu’à sa mort, n’est légale que dans des circonstances spécifiques prévues par la loi Claeys-Leonetti de 2016, qui exige également que la mort d’une personne soit imminente. . Mais les citoyens français ont le droit d’arrêter les soins médicaux, et en vertu de la loi française, il n’y a pas de poursuites pour suicide.
Cocq, qui est confiné à un fauteuil roulant et a fondé une organisation pour améliorer la vie des personnes handicapées, a écrit une lettre à Macron datée du 20 juillet pour demander au président de lui permettre de mourir «dignement», décrivant ses «souffrances extrêmement violentes».

“Je voudrais vous faire comprendre que ce jour-là, je me trouve dans une situation d’esprit sain, confiné dans un corps dysfonctionnel, paralysé par la souffrance”, a-t-il écrit dans la lettre, qui a été vue par CNN.

«Souhaitez-vous supporter, Monsieur le Président, de vous faire vider les intestins dans une poche, de vider votre vessie dans une poche et que vous soyez nourri par une poche, qu’un tiers doive vous baigner, pour être paralysé par une douleur insupportable? Cocq a écrit dans la lettre.

Cocq a exhorté Macron à revoir les lois françaises qui empêchent les professionnels de la santé d’accélérer la mort de leurs patients mourants avec des médicaments.

«Je demande simplement à partir dignement, avec une assistance médicale active, car mon corps dysfonctionnel m’empêche de le faire entouré de ma famille et de mes amis», écrit-il.

“Certains utilisent le terme” euthanasie active “ou” suicide assisté “, mais pour moi le terme le plus approprié est” mettre fin à la vie dans la dignité avec une assistance médicale active “”, a-t-il écrit.

En réponse, le président Macron s’est dit “ému” par la lettre de Cocq et admirait la “remarquable volonté” dont il avait fait preuve en menant des “batailles incessantes” contre la maladie.

Cependant, il a déclaré qu’il ne pouvait pas accéder à la demande parce qu’il “ne se situe pas au-dessus de la loi” et ne pouvait pas demander à quelqu’un “de dépasser notre cadre juridique actuel”.

Cocq dit qu'il demande simplement de mourir dignement.

Dans une interview accordée à CNN vendredi, Cocq a déclaré qu’il s’attendait à ce que Macron ne soit pas en mesure de se conformer à sa demande mais qu’il appréciait la “compassion” qu’il lui avait manifestée dans sa lettre.

«Aujourd’hui, je suis plein de plénitude. J’ai pris la décision de mettre fin à mes jours le 26 juin, c’est à ce moment-là que j’ai demandé à mon assistant médical de taper la lettre que j’ai envoyée plus tard au président.

“C’était une décision brutale, mais je peux vous dire que je ne me suis pas senti aussi bien depuis longtemps”, a-t-il déclaré à CNN.

“Je sais que je suis sur le point d’endurer la douleur comme je n’en ai jamais souffert auparavant, pendant environ cinq à sept jours”, a-t-il déclaré.

À propos de la tentative de retransmission en direct de sa mort par vidéo, il a déclaré vendredi: “Je ne fais pas cela pour le voyeurisme. Je veux informer les gens de quelque chose que nous savons tous mais je refuse d’en parler. La douleur.”

«J’ai choisi de montrer cette douleur», dit-il. “La base d’une démocratie est que les citoyens ont le libre choix. La mort doit être démocratique.”

Cocq a également déclaré qu’en tant que chrétien, il ne croyait pas que ce qu’il faisait était antireligieux.

“Dieu est amour, et Dieu ne laissera pas son peuple souffrir inutilement”, a-t-il dit.

On ne sait pas si toute personne qui l’assisterait serait poursuivie ou si les autorités envisagent d’intervenir. CNN a contacté l’Elysée et le ministère de la Santé pour obtenir leurs commentaires.

Sophie Medjeberg, vice-présidente de “Handi mais pas que!” (Plus que simplement désactivé), est un ami de Cocq.

Elle a déclaré à CNN qu’elle pensait que les Français étaient «prêts» pour un débat sur l’aide à mourir.

“Il a commencé à en parler il y a environ deux ans. Il m’a fallu du temps pour le comprendre, pour l’accepter. Je suis également malade, car je souffre moi-même de sclérose en plaques”, a-t-elle déclaré.

“J’ai pleuré hier, mais c’est Alain qui m’a remonté le moral. Il est très serein dans son initiative”, a déclaré Medjeberg.

S’adressant à CNN, Philippe Lohéac, directeur exécutif de l’Association française pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), a critiqué les lois françaises d’aide aux mourants, affirmant qu’elles ne «prennent pas en considération les malades dont la vie est devenue un cauchemar, dont la vie a devenir rien que survie. “

Il a dit que la loi devait être modifiée pour que les gens puissent choisir comment ils mouraient.

Eva Tapiero et Niamh Kennedy ont contribué à ce rapport.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page