News

Le service public d’électricité du Zimbabwe demande une augmentation des tarifs pour rester à flot

La compagnie d’électricité zimbabwéenne ZESA Holdings veut augmenter ses tarifs d’électricité d’au moins trois fois, affirmant que les tarifs actuels sont désormais sous-économiques.

Le service public a augmenté les tarifs pour la dernière fois en février de 19%.

Le directeur général par intérim de la filiale du service public, la Zimbabwe Electricity Transmission and Distribution Company (ZETDC), Lovemore Chinaka, a déclaré jeudi à la commission parlementaire du portefeuille sur l’énergie et le développement de l’électricité qu’une augmentation tarifaire permettrait à l’entreprise de maintenir le réseau, le journal Herald a rapporté vendredi.

Il a déclaré que le tarif actuel, environ 2,3 cents américains par kilowattheure (kWh), est bien inférieur aux 10 cents américains par kWh qui permettraient au service public d’électricité d’atteindre le seuil de rentabilité.

«L’impact à long terme serait que nous serons incapables de réparer le réseau à partir d’un point de maintenance si nous avons des pannes naturelles de transformateurs ou de lignes qui sont en panne en raison de l’âge», a déclaré Chinaka. «Vous constatez que notre capacité à réagir rapidement s’est érodée.»

Il a également déclaré que le service public d’électricité n’avait pas réussi à fournir de l’électricité à 75 000 ménages au cours des cinq dernières années en raison du vandalisme généralisé et des vols d’équipements de distribution.

En 2017, ZESA a enregistré 736 cas de vols et de vandalisme. Le nombre de ces cas est passé à 766 en 2018 et à 1 178 en 2019. En juillet de cette année, 498 cas avaient été enregistrés.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page