News

Les mineurs d’or du Congo recherchent des corps après l’effondrement des décombres

Les mineurs artisanaux attendent l’arrivée des équipements de sécurité et l’autorisation de commencer à extraire du cobalt sur le périmètre d’une fosse fraîchement creusée dans le canton de Kasulo à Kolwezi, en République démocratique du Congo, le samedi 24 février 2018. l’exploitation minière artisanale est aussi courante que l’agriculture dans de nombreuses régions du Congo. Photographe: William Clowes / Bloomberg via Getty Images

Des mineurs d’or informels de l’est de la République démocratique du Congo ont récuré samedi les décombres de plus de 50 collègues présumés morts après l’effondrement d’une mine sous le poids de fortes pluies.

Des centaines de jeunes hommes en bottes de caoutchouc se sont entassés autour du site de l’effondrement de vendredi, certains retirant à la main des roches de la colline boueuse, ont montré des séquences vidéo.

Des dizaines de personnes meurent chaque année dans des accidents dans des mines artisanales largement non réglementées au Congo, où des creuseurs souvent mal équipés empruntent profondément sous terre à la recherche de minerai.

Alexandre Bundya, maire de la ville voisine de Kamituga, Mpila, a ordonné deux jours de deuil. Le bureau du gouverneur de la province du Sud-Kivu, Theo Kasi, a déclaré que la plupart des victimes étaient des jeunes et a exprimé ses condoléances à leurs familles.

“La recherche se poursuit pour identifier nos compatriotes décédés, apporter de l’aide et mettre en œuvre des mesures pour empêcher que de tels incidents ne se reproduisent”, a déclaré le bureau de Kasi dans un communiqué.

Un rapport de la Banque mondiale de l’année dernière estimait le nombre de petits mineurs au Congo à 2 millions, bien plus que ceux qui travaillent dans des mines industrielles d’or, de cuivre et de cobalt appartenant à des sociétés comme Glencore et Barrick Gold.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page