News

L’Arabie saoudite annonce plus de 200 millions de dollars d’aide financière de l’ONU au Yémen

L’enquête a révélé que le soutien promis aux agences des Nations Unies par l’Arabie saoudite pour le Yémen avait diminué de plus de moitié en 2020, passant de plus d’un milliard de dollars à seulement 500 millions de dollars cette année. Sur ce montant, l’ONU a déclaré à CNN que seulement 23 millions de dollars avaient été reçus jusqu’à présent par son appel.

Le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salman (KSrelief) a annoncé vendredi le financement supplémentaire saoudien dans un communiqué télévisé.

<< Aujourd'hui, le Royaume d'Arabie saoudite, représenté par le King Salman Humanitarian Aid and Relief Centre (KSrelief), a signé trois accords importants avec des organisations des Nations Unies, à savoir le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le HCR pour un total de 204 millions de dollars », a déclaré le superviseur général de KSrelief, le Dr Abdullah Al Rabeeah.

“Le montant a été promis par le Royaume pour soutenir le Plan de réponse humanitaire du Yémen 2020, et le Royaume espère que ces organisations onusiennes feront tout leur possible pour mettre en œuvre ces programmes le plus rapidement possible”, a-t-il ajouté.

Le financement de 204 millions de dollars annoncé vendredi par KSrelief fera partie des 500 millions de dollars initialement promis par le Royaume lors d’une conférence organisée par les Nations Unies et l’Arabie saoudite en juin de cette année.

Manque de financement

Le rapport de CNN, publié mardi, a révélé l’impact dévastateur des réductions de financement des organisations d’aide humanitaire au Yémen par les États-Unis, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, qui ont poussé le pays déchiré par la guerre toujours plus près du bord de la famine.

Un porte-parole de KSrelief a déclaré à CNN à l’époque que le pays était prêt à honorer ses engagements de financement non honorés envers le Yémen en juillet, mais attendait de finaliser les accords avec les agences, invoquant des préoccupations concernant l’appropriation de l’aide par Ansarullah, soutenu par l’Iran connu sous le nom de rebelles Houthi.

“Auparavant, il y avait des inquiétudes concernant le manque de financement, mais maintenant nous pouvons supposer qu’avec l’arrivée des fonds cet après-midi, les organisations des Nations Unies commenceront à mettre en œuvre leurs programmes demain, maintenant que l’argent est disponible”, a déclaré Al Rabeeah vendredi. .

“Je peux vous assurer que les fonds seront transférés aujourd’hui et que je ne prévois aucun retard”, a-t-il ajouté.

Le Service de suivi financier des Nations Unies (FTS) a depuis actualisé le montant total reçu de l’Arabie saoudite à 231,1 millions de dollars de financement pour son plan d’intervention humanitaire au Yémen. Cependant, selon les données du FTS, il reste encore plus de 214 millions de dollars d’engagements de financement non satisfaits au Yémen en provenance d’Arabie saoudite.

Au Yémen, 80% de la population dépend de l’aide, mais les données de l’ONU ont révélé des milliards de dollars de déficit de financement cette année seulement.

Le PAM estime également que plus de 66% des personnes au Yémen sont considérées comme «en situation d’insécurité alimentaire» et que plus de 14 millions d’entre elles pourraient mourir si elles ne sont plus en mesure d’accéder à l’aide alimentaire des groupes humanitaires opérant dans le pays.

Selon KSrelief, les autorités saoudiennes “suivront de près” la situation au Yémen pour s’assurer que les programmes humanitaires sont financés pour aider ceux qui en ont le plus besoin.

“Nous prions pour que ces programmes soient bénéfiques”, a ajouté Al Rabeeah.

Les États-Unis, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont des acteurs clés du conflit au Yémen, et en 2018 et 2019, ils ont été les plus grands donateurs à la réponse de l’ONU au Yémen.

En 2019, les États-Unis ont contribué près d’un milliard de dollars à l’appel de l’ONU, mais cette année, ils en ont fait moins de la moitié jusqu’à présent, soit 411 millions de dollars, selon les données de l’ONU. Malgré la réduction considérable du financement des États-Unis, il reste le plus gros donateur à l’appel de l’ONU au Yémen.

Un porte-parole de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a déclaré à CNN que le pays reprendrait toutes ses opérations dans le nord contrôlé par les Houthis “lorsque nous serons convaincus que nos partenaires peuvent fournir une aide sans interférence indue des Houthis et rendre compte de l’aide américaine”.

Les Houthis ont imposé des restrictions sévères aux agences des Nations Unies qui tentent d’accéder à des parties du pays qu’elles contrôlent dans le nord. Les tensions sont vives depuis que le Programme alimentaire mondial, aux côtés des États-Unis et de ses alliés, a accusé les Houthis de voler de l’aide alimentaire dans d’autres régions du Yémen.

Les rebelles houthis ont renversé le gouvernement internationalement reconnu du président Abd Rabbu Mansour Hadi en 2015. Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite, dans laquelle les Émirats arabes unis sont un partenaire clé, a mené une campagne contre les Houthis au cours des cinq dernières années, détruisant une grande partie des Houthis. -des zones contrôlées avec le soutien des États-Unis.

Des enquêtes antérieures de CNN ont montré que le gouvernement américain a profité de la guerre en vendant des bombes et des armements de fabrication américaine à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page