News

Le COVID-19 provoque de multiples chocs dans les entreprises du Zimbabwe: Banque mondiale

Image VCG

La pandémie COVID-19 a causé de multiples chocs aux entreprises au Zimbabwe, avec près de 90% des entreprises formelles suspendant leurs opérations pendant environ sept semaines en moyenne depuis le déclenchement de la pandémie dans le pays en mars, selon une enquête de la Banque mondiale ( WB).

L’impact est le plus important parmi les micro et petites entreprises du secteur textile à Harare, et parmi les exportateurs, a déclaré la Banque mondiale dans l’enquête menée auprès de 813 entreprises entre le 12 juin et le 13 juillet.

Les entreprises interrogées pour déterminer l’impact du COVID-19 se trouvent dans quatre provinces, à savoir Harare, Bulawayo, Manicaland et Midlands.

«La plupart (86%) ont connu une baisse de la demande et des perturbations de l’offre d’intrants, de matières premières et de marchandises destinées à la revente (76%)», a déclaré la Banque mondiale dans son rapport publié lundi.

Cependant, les grandes entreprises et celles du secteur alimentaire semblent moins touchées par la pandémie, a déclaré la BM.

Il a déclaré que les entreprises avaient pris plusieurs mesures pour minimiser l’impact financier des chocs, notamment la réutilisation et l’utilisation de la technologie pour stimuler la demande.

Près de la moitié des entreprises ont adapté leurs produits ou services à l’évolution de la demande, tandis que 30% ont ajusté leurs modes de fourniture de biens ou de services.

Vingt-sept pour cent des entreprises ont lancé ou augmenté des activités commerciales en ligne, tandis que 26% ont déclaré avoir commencé ou augmenter le travail à distance, selon les résultats de la recherche.

Les entreprises ont procédé à des ajustements de leurs effectifs, la réduction des heures de travail étant l’ajustement le plus courant mis en œuvre par 94 pour cent des entreprises, suivie d’une réduction des employés temporaires.

Environ 37 pour cent des entreprises ont également réduit les salaires, tandis que 26 pour cent des entreprises ont réduit le nombre d’employés permanents.

«En moyenne, les entreprises ont perdu environ 10% de leurs employés permanents à plein temps par rapport à février 2020», a déclaré la Banque mondiale.

La BM a en outre noté qu’en dépit de toutes les mesures d’atténuation prises par les entreprises, la pandémie a eu un impact significatif sur leur bien-être financier.

Pour une entreprise moyenne, les ventes en mai-juin se sont contractées de 51% par rapport aux niveaux de 2019, tandis que l’ampleur des dommages est encore plus visible par les difficultés financières auxquelles l’entreprise est confrontée, où environ 90% ont déclaré avoir des pénuries de liquidités et de trésorerie, Ça disait.

«En signe d’effet d’entraînement potentiel, environ 64% des entreprises ont dû retarder le paiement des prestataires de services et des autorités fiscales», a déclaré la Banque mondiale.

Le Zimbabwe a maintenant rouvert la plupart des secteurs de son économie après un arrêt de cinq mois en raison de la pandémie.

Le pays a enregistré 7683 cas de COVID-19, 5 924 guérisons et 225 décès dimanche.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page