News

Le Kenya consacre 3,7 millions USD pour renforcer la conservation des rhinocéros

Najin (à gauche), trente ans, et Fatu, dix-neuf ans, les deux derniers rhinocéros blancs du nord sont vus à Ol Pejeta Conservancy, comté de Laikipia, Kenya, le 23 août 2019 (Xinhua / John Okoyo)
Najin (à gauche), trente ans, et Fatu, dix-neuf ans, les deux derniers rhinocéros blancs du nord sont vus à Ol Pejeta Conservancy, comté de Laikipia, Kenya, le 23 août 2019 (Xinhua / John Okoyo)

Le Kenya mettra de côté 400 millions de shillings (environ 3,7 millions de dollars américains) par an pour renforcer la protection des rhinocéros à l’état sauvage face aux menaces croissantes, a déclaré mardi un responsable.

Najib Balala, secrétaire du cabinet du Tourisme et de la Faune, a déclaré que le nouveau financement provenant des caisses publiques, de l’industrie et des donateurs étrangers soutiendra le recrutement de gardes et l’acquisition de technologies de surveillance pour améliorer la protection de l’espèce emblématique mais en voie de disparition.

«Le Kenya s’est engagé à réduire la mortalité des rhinocéros et à maintenir les acquis qui ont été réalisés pour assurer leur avenir», a déclaré Balala lors d’une célébration virtuelle de la Journée mondiale des rhinocéros qui s’est tenue à Nairobi.

«Nous prévoyons de mobiliser 400 millions de shillings par an pour recruter des gardes supplémentaires pour patrouiller les habitats des rhinocéros et acquérir la technologie de surveillance nécessaire pour éradiquer le braconnage», a-t-il ajouté.

Le Kenya se classe au quatrième rang mondial parmi les pays ayant la plus forte population de rhinocéros après l’Afrique du Sud, la Namibie et l’Inde.

Balala a déclaré que la population de rhinocéros du Kenya, estimée à 1441 en 2019, est toujours aux prises avec des menaces pour leur survie, notamment le braconnage, la perte d’habitat et les stress climatiques.

«Le braconnage, bien que diminué, reste une menace pour la survie des rhinocéros à l’état sauvage, tandis que la perte d’habitat et les sécheresses fréquentes ont mis en danger ces espèces emblématiques», a déclaré Balala.

Il a déclaré que le gouvernement offrirait des incitations fiscales et réglementaires aux éleveurs et autres grands propriétaires fonciers désireux de s’engager dans la conservation des rhinocéros.

«Le gouvernement fournira également des espaces dédiés pour faciliter la reproduction des rhinocéros et offrira des incitations aux propriétaires fonciers qui sont prêts à offrir un refuge aux mammifères terrestres géants», a déclaré Balala.

Il a déclaré que le Kenya n’avait perdu que quatre rhinocéros au profit des braconniers en 2019 et n’en avait perdu aucun cette année grâce au déploiement d’interventions robustes pour éradiquer la menace.

John Waweru, directeur général du Kenya Wildlife Service, a déclaré qu’un financement adéquat est essentiel pour accélérer la mise en œuvre d’un programme national de rétablissement des rhinocéros

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page