News

Le président égyptien appelle à un règlement politique des grandes affaires régionales

Abdel-Fattah El-Sisi, président égyptien, prend la parole lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, États-Unis, le mardi 24 septembre 2019. Le président américain Donald Trump a soutenu son homologue égyptien, Abdel-Fattah El-Sisi, en tant que «leader très respecté» qui «a ramené l’ordre», rejetant les petites manifestations qui indiquaient des frustrations économiques mijotées. Photographe: Jeenah Moon / Bloomberg via Getty Images
Abdel-Fattah El-Sisi, président égyptien, prend la parole lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, États-Unis, le mardi 24 septembre 2019. Le président américain Donald Trump a soutenu son homologue égyptien, Abdel-Fattah El-Sisi, en tant que «Leader très respecté» qui «a ramené l’ordre», rejetant les petites manifestations qui dénotaient des frustrations économiques mijotées. Photographe: Jeenah Moon / Bloomberg via Getty Images

Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi a déclaré mardi que les divers points chauds qui pèsent sur la paix et la stabilité régionales devraient être résolus par des moyens politiques basés sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les remarques de Sissi sont intervenues lors de son allocution au débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies par vidéoconférence.

Le règlement politique de ces problèmes sous les auspices de l’ONU est d’une importance particulière, car il coïncide avec le 75e anniversaire de la création de l’ONU et l’éclosion de la nouvelle pandémie de coronavirus qui a causé d’énormes pertes humaines et de profonds impacts économiques et sociaux , dit Sisi.

Au sujet de la crise libyenne, il a déclaré que l’Égypte adhérait à la voie de règlement politique négociée par l’ONU pour résoudre le conflit dans le pays riche en pétrole sur la base de l’accord politique signé à Sukhirat ainsi que des résultats de la conférence de Berlin et du «Caire Déclaration.”

Il a noté que les répercussions de la crise affectent également la sécurité des pays voisins et la stabilité internationale, soulignant que l’Égypte est déterminée à soutenir les Libyens pour se débarrasser des organisations terroristes et des milices.

Le président égyptien a également déclaré que son pays s’efforcerait également de mettre un terme à l’ingérence flagrante de certaines parties régionales qui ont l’intention d’amener des combattants étrangers en Libye pour réaliser leurs ambitions.

Parlant de la cause palestinienne, Sissi a déclaré que le peuple palestinien est toujours à la recherche du plus élémentaire des droits de l’homme, qui est de vivre dans son État indépendant aux côtés du reste de la région.

La communauté internationale doit réactiver son engagement à parvenir à la paix tant attendue et à affronter les mesures de saisie des terres palestiniennes, soulignant que de telles actions sapent les fondements du règlement de paix et de la solution à deux États adoptés par les résolutions internationales, a déclaré le dirigeant égyptien.

Pendant ce temps, M. Sissi a déclaré qu’une solution politique globale à la crise syrienne était devenue une question urgente pour éteindre les flammes de la guerre et mettre en œuvre tous les éléments d’un règlement politique conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité.

Il a déclaré que la solution devait être mise en œuvre de manière à réaliser l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie, l’intégrité de ses institutions et les aspirations de son peuple.

Concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD), Sissi a déclaré que les Égyptiens étaient préoccupés par la construction du méga projet.

Il a déclaré que l’Égypte avait passé près d’une décennie entière à négocier avec le Soudan et l’Éthiopie, cherchant à parvenir à un accord qui organise le remplissage et l’exploitation du barrage et réalise l’équilibre requis entre les besoins de développement du peuple éthiopien et la sauvegarde des intérêts de l’eau de l’Égypte.

Au cours de l’année en cours, a déclaré Sissi, l’Égypte a traversé des cycles successifs de négociations intensives au cours desquelles l’administration américaine a fait des efforts pour rapprocher les positions des trois pays grâce aux pourparlers qu’elle a parrainés avec l’aide de la Banque mondiale sur un période de plusieurs mois.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page