News

Détournement de 36 millions de dollars au Soudan du Sud: le chien de garde de l’ONU

Drapeau du Soudan du Sud avec flare et ciel bleu foncé

La commission des droits de l’homme des Nations Unies au Soudan du Sud a déclaré que «36 millions de dollars stupéfiants» ont été détournés par des responsables gouvernementaux et de hauts responsables politiques depuis 2016 alors que la corruption généralisée continue de drainer la plus jeune nation du monde.

«Il est intéressant de noter que c’est exactement ce que nous avons pu retracer et que cela ne reflète peut-être pas le tableau complet», a déclaré mercredi le président de la commission, Yasmin Sooka, au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Elle a relevé des «détournements de fonds effrontés» dans les flux illicites du ministère des Finances du Soudan du Sud et de la National Revenue Authority.

«De façon choquante, ces organismes sud-soudanais ont été aidés et encouragés dans ces crimes par un certain nombre de sociétés internationales et de banques multinationales», a déclaré Sooka, sans citer de noms. «Une partie de cet argent a été blanchie grâce à l’achat de propriétés à l’étranger. En effet, ces propriétés pourraient bien se trouver dans vos pays. »

Le gouvernement du Soudan du Sud n’a pas pu être contacté immédiatement pour commenter.

La commission des Nations Unies et d’autres organismes de surveillance ont averti depuis longtemps que les responsables sud-soudanais siphonnent des millions de dollars de la faiblesse de l’économie qui dépend largement de la production pétrolière du pays.

«Pour donner une idée de ce qui se passe, un récent rapport au parlement de la National Revenue Authority du Soudan du Sud indique qu’environ 300 millions de dollars américains ont été« perdus »au cours des trois derniers mois seulement», a déclaré Sooka.

La «corruption financière à une échelle épique» signifie que les Soudanais du Sud souffrent, et maintenant la pandémie de coronavirus et ses restrictions créent de nouvelles souffrances, a déclaré Sooka.

«Si les restrictions à l’importation de denrées alimentaires se poursuivent et que les prix des denrées alimentaires continuent de grimper, il existe un risque d’émeutes liées à la nourriture ou d’autres formes de troubles sociaux», a-t-elle déclaré.

L’ONU a déclaré que plus de 6 millions de personnes – plus de la moitié de la population du Soudan du Sud – souffraient régulièrement de la faim.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page