News

Des groupes de défense des droits humains poursuivent le Kenya pour les meurtres du couvre-feu COVID-19

Amnesty International Kenya, International Justice Mission Kenya, Haki Africa et la Kituo cha Sheria ont déposé une pétition demandant une compensation monétaire pour cinq victimes de brutalités alors que la police appliquait un couvre-feu COVID-19.

Les plaignants accusent le gouvernement kenyan de ne pas avoir respecté son mandat tout en appliquant le couvre-feu, entraînant des pertes en vies humaines, des blessures et le pillage d’entreprises.

La pétition comprenait des demandes de réforme législative à long terme visant à traiter les cas de brutalités policières présumées dans le pays.

Annette Mbogoh, directrice exécutive de Kituo cha Sheria, également connue sous le nom de Legal Advice Center, a expliqué la décision de poursuivre le gouvernement.

«Au sein de la pandémie, la responsabilité du gouvernement envers sa population devrait être encore plus élevée que lorsque les choses sont tout aussi normales», a-t-elle déclaré. «Pendant ce temps, il y avait une responsabilité beaucoup plus élevée de la police de s’assurer qu’elle protège plutôt que de rencontrer [out] violence contre les citoyens, nous pensons donc que les problèmes soulevés dans cette pétition sont uniques à cet égard.

L’inspecteur général de la police, le ministre chargé de la sécurité et le procureur général sont tous désignés comme défendeurs.

Les groupes de défense des droits de l’homme demandent environ 500 000 shillings kényans (4 600 dollars; 3 600 £) en compensation des cinq victimes.

Parmi les personnes représentées par les groupes de défense des droits, se trouve Yassin Moyo, 13 ans, qui a été abattu au balcon de ses parents alors que la police appliquait le couvre-feu nocturne.

Un policier a été accusé du meurtre de Yassin et est libéré sous caution.

Histoire compilée avec l’aide de rapports de fil.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page