News

Les ministres du G7 demandent un allégement de la dette du secteur privé pour les pays les plus pauvres

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda (à droite, arrière) et le ministre japonais des Finances Taro Aso tiennent une conférence de presse à Tokyo le 14 avril 2020, après avoir assisté à une vidéoconférence des chefs des finances du Groupe des sept pays industrialisés. Les ministres des Finances du G-7 et les gouverneurs des banques centrales ont convenu de fournir un allégement de la dette pour aider les pays en développement à financer des mesures d’urgence contre la propagation du nouveau coronavirus. (Photo par Kyodo News via Getty Images)
Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda (à droite, arrière) et le ministre japonais des Finances Taro Aso tiennent une conférence de presse à Tokyo le 14 avril 2020, après avoir assisté à une vidéoconférence des chefs des finances du Groupe des sept pays industrialisés. Les ministres des Finances du G-7 et les gouverneurs des banques centrales ont convenu de fournir un allégement de la dette pour aider les pays en développement à financer des mesures d’urgence contre la propagation du nouveau coronavirus.
(Photo par Kyodo News via Getty Images)

Vendredi, les ministres des Finances du G7 ont réitéré leur appel aux prêteurs privés à participer à un programme de suspension de la dette pour les pays les plus pauvres qui a été annoncé en avril alors que le coronavirus attaquait les économies mondiales.

“Nous réitérons notre appel aux créanciers privés pour qu’ils mettent en œuvre le DSSI sur une base volontaire à la demande des emprunteurs éligibles”, a déclaré le bloc dans un communiqué publié par le Trésor américain, faisant référence à l’Initiative de suspension du service de la dette.

Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 avaient approuvé plus tôt dans l’année une suspension immédiate de la dette d’un an pour les pays les plus pauvres, qui sont particulièrement vulnérables aux impacts économiques de la pandémie de Covid-19.

La déclaration de vendredi des sept pays les plus industrialisés – Royaume-Uni, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon et États-Unis – a soutenu l’extension de cette initiative, connue sous le nom de DDSI.

«Reconnaissant les besoins financiers permanents des pays à faible revenu, nous soutenons l’extension de la DSSI dans le cadre d’une demande de financement du FMI», ont déclaré les ministres.

Ils ont ajouté que l’extension «devrait refléter l’engagement du G20 en faveur de la transparence et de la coordination des créanciers… ainsi que (refléter) la nécessité d’un partage équitable des charges entre tous les créanciers».

Les ministres ont également déclaré qu’ils «regrettaient vivement» les mesures prises par certains pays pour classer les institutions financières publiques comme prêteurs commerciaux pour éviter de participer à l’initiative.

Les ministres des Finances du G20 se réunissent le mois prochain et la déclaration les appelle également à s’entendre sur les conditions d’un nouvel allégement de la dette des pays pauvres.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page