News

Ant Group: le supermarché d’argent de Jack Ma est le “ joyau de la couronne ” d’Internet en Chine

“Ant Group est vraiment le joyau de la couronne de Jack Ma et … de l’industrie Internet chinoise”, a déclaré Edith Yeung, associée générale de Race Capital.

C’est l’une des plus grandes entreprises technologiques au monde et la plus grande plateforme de paiement en ligne en Chine. L’application a établi sa présence dans tous les aspects de la vie financière en Chine, des comptes d’investissement et des produits de micro-épargne à l’assurance, aux cotes de crédit et même aux profils de rencontres.

Ma a chargé l’équipe financière d’Alibaba de créer Alipay. Le service agirait en tant que tiers de confiance, détenant l’argent des acheteurs sous séquestre et ne le rendrait aux vendeurs qu’une fois les marchandises reçues et les acheteurs confirmés qu’ils étaient satisfaits de ce qu’ils avaient obtenu.

“Quand j’ai commencé [Alipay], tout le monde a dit: “Jack, c’est le modèle le plus stupide que nous ayons jamais vu, personne ne l’utilisera” “, a déclaré Ma dans une interview accordée en 2014 à CBS News” 60 Minutes “.

«J’ai dit que je m’en fichais si ce modèle était scientifique, s’il fantaisie, ou pas. Tant que ça marche, ça aide [to] bâtissez la confiance », a-t-il dit.

Supermarché d’argent

Et ça a fonctionné. Aujourd’hui, Alipay compte 711 millions d’utilisateurs actifs par mois et a traité 118 billions de yuans (17,2 billions de dollars) de paiements au cours des 12 mois jusqu’à juin, a rapporté Ant Group dans des dépôts réglementaires. L’application mobile Alipay, qui a fait ses débuts en 2009, représentait plus de 55% du marché chinois des paiements mobiles au cours des trois premiers mois de cette année, alors que son rival Dix centimes (TCEHY) WeChat Pay et le portefeuille QQ représentaient environ 40%, selon la société d’études de marché eMarketer.

L’application connecte également des millions de personnes à une tonne de services financiers. Les utilisateurs d’Alipay peuvent parcourir et sélectionner des produits d’assurance, payer leurs factures, obtenir des prêts, payer le personnel et investir sur les marchés monétaires.

Yeung le compare à «un supermarché financier».

«Tout ce que vous voulez faire sur les marchés financiers», vous pouvez le faire via Alipay, dit-elle.

Alipay a été séparé d’Alibaba en une entité distincte en 2011, et est devenu une partie du groupe Ant en 2014. Ma, qui a pris Alibaba en bourse en 2014 lors d’une introduction en bourse record du monde, conserve le contrôle global de Ant, selon les dépôts réglementaires.

Ant propose désormais tellement de services et de produits financiers qu’elle «fait désormais partie de la vie quotidienne de centaines de millions d’individus et d’entreprises à travers la Chine», a déclaré Zennon Kapron, fondateur de la société de conseil et de recherche en technologie financière Kapronasia.

“Il est très difficile de surestimer l’impact de l’entreprise sur les Chinois”, a-t-il ajouté.

L’un des services les plus populaires est Yu’e Bao, un produit de gestion de patrimoine lancé en 2013 qui permet aux utilisateurs d’investir l’argent restant dans leur portefeuille numérique. Le montant minimum à investir n’est que de 1 yuan (15 cents).

En l’espace de six mois, Yu’e Bao – qui signifie “trésor restant” – avait 49 millions d’utilisateurs et des dépôts de 250 milliards de yuans (36,5 milliards de dollars), selon le journal d’Etat China Daily.

À l’époque, la plupart des produits de gestion de patrimoine proposés par les banques traditionnelles nécessitaient des investissements minimums de 50 000 yuans (7 300 dollars), selon le journal. Il a salué Yu’e Bao comme “un succès instantané, en particulier parmi les jeunes dont l’épargne goutte à goutte est largement ignorée par les banques”.

Les visiteurs en Chine peuvent désormais utiliser Alipay et WeChat Pay au lieu de l'argent liquide ou des cartes

À son apogée en mars 2018, les actifs sous gestion de Yu’e Bao ont dépassé 1,69 billion de yuans (environ 267 milliards de dollars à l’époque), selon Fitch Ratings. Les régulateurs chinois ont par la suite forcé Yu’e Bao à se débarrasser des actifs en raison de préoccupations concernant le risque systémique – si le fonds massif échouait pour une raison quelconque, cela pourrait faire des ravages sur l’économie chinoise. Mais il reste le plus grand fonds du marché monétaire de Chine avec 1,26 billion de yuans (184 milliards de dollars) en mars de cette année, selon Fitch Ratings.

L’écosystème Alipay and Ant a permis à de nombreux particuliers et petits commerçants «d’emprunter de l’argent, d’accepter des paiements en ligne, pour vraiment se donner une autonomisation économique pour eux-mêmes, pour leurs travailleurs et leurs familles», a déclaré Kapron.

Une énorme mine de données

Avec des centaines de millions de personnes exploitant ses produits financiers, Ant a accès à des données incroyablement précieuses sur le comportement des consommateurs chinois.

Contrairement aux États-Unis, la Chine ne dispose pas d’un système fiable de notation du crédit. En 2015, Ant a lancé Sesame Credit pour combler le vide. La société décrit Sesame Credit comme un «score de confiance», un moyen pour les entreprises et les consommateurs d’évaluer la volonté et la capacité des gens de payer pour des biens ou des services de livre. Il s’agit du plus grand système de notation de crédit du pays, selon Yeung, de Race Capital.

Mais il est utilisé pour bien plus que simplement obtenir des taux de prêt préférentiels. “En fait, j’ai vu le score Sesame utilisé pour les rencontres en ligne. Vous pouvez en fait choisir d’afficher votre pointage de crédit dans votre profil de rencontre”, a déclaré Yeung.

Les scores de sésame sont également partagés sur les plateformes de médias sociaux chinoises par des personnes qui souhaitent montrer leur pouvoir d’achat.

Un exemple des services de finance numérique disponibles dans l'application Alipay.
Les personnes ayant de faibles scores peuvent se trouver exclues des services et empêchées d’acheter des produits. En 2015, les tribunaux chinois ont commencé à partager des listes de fourmis contenant les noms de personnes qui n’avaient pas remboursé leurs dettes. Quelques années plus tard, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a félicité Ant d’avoir utilisé ces données pour punir 1,2 million de débiteurs défaillants en abaissant leurs scores Sesame et en limitant certains achats à l’aide d’Alipay. Ces mesures ont encouragé 126 000 des défaillants à rembourser leurs dettes, selon Xinhua.

Hormis la honte sociale, les internautes chinois sont de plus en plus mal à l’aise avec la quantité de données récupérée par les grandes entreprises technologiques, et ils gardent un œil sur ce à quoi Ant accède.

En 2018, la société s’est excusée d’avoir trompé les utilisateurs d’Alipay dans le but d’élargir la base d’utilisateurs de Sesame Credit.

Ant avait lancé un nouveau service qui permettait aux utilisateurs de vérifier à quelle fréquence ils avaient utilisé Alipay au cours de l’année dernière. Mais la page de destination du rapport contenait une case cochée par défaut, ce qui signifiait que les gens acceptaient d’utiliser les services de Sesame Credit, selon Xinhua. Les utilisateurs étaient mécontents de donner automatiquement à Sesame une licence pour récolter leurs données et partager l’analyse avec les institutions partenaires. Ant s’est excusé et a changé l’option par défaut en une case non cochée.

Tout sur la technologie

Plus tôt cette année, la société a changé son nom d’Ant Financial en Ant Group parce qu’elle se «réinvente» en tant que fournisseur de services technologiques à d’autres sociétés financières, selon Sunny Tian, ​​un chercheur de la société d’études de marché R3.

Les ventes d'Alibaba montent en flèche mais la répression américaine pourrait se profiler

Dans le passé, Ant offrait des prêts, des investissements ou des produits d’assurance directement aux consommateurs et aux entreprises. Ces dernières années, cependant, Ant s’est transformé en une plate-forme qui facture des frais aux banques et aux assureurs pour les mettre en relation avec des clients potentiels, a écrit Tian dans un rapport ce mois-ci.

La plate-forme de prêt d’Ant, par exemple, propose un service «trois-un-zéro» – trois minutes pour postuler, une seconde pour obtenir une décision de crédit et aucune personne impliquée dans la décision – mais le prêt est syndiqué auprès d’une banque grand public. La dette est inscrite dans les livres de la banque, Ant prenant des frais, selon Tian.

«Cela éloigne Ant la voie pour devenir un remplaçant des sociétés financières traditionnelles, ce qui lui permet de revenir à ses racines en tant qu’entreprise technologique moins capitalistique», a-t-elle déclaré.

Ant a également lancé Bangnitou, un service de conseil en investissement basé sur l’IA via une joint-venture avec Vanguard. Bangnitou, qui se traduit par «vous aider à investir», applique des algorithmes qui réaffectent automatiquement les portefeuilles d’investissement. L’investissement minimum est de 800 yuans (118 $). Un peu plus de trois mois après son lancement en avril, Bangnitou avait attiré environ 200 000 nouveaux clients.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page