News

L’ONU fait état de progrès en matière de santé des femmes, des enfants et des adolescents et met en garde contre une inversion

Image VCG

Bien que les 10 dernières années aient vu des progrès dans le bien-être de nombreuses femmes, enfants et adolescents dans le monde, les gains fragiles sont menacés par les conflits armés, la crise climatique et le COVID-19, selon une nouvelle Organisation des Nations Unies (ONU). rapport publié vendredi.

Le nombre de décès maternels dans le monde est passé d’environ 451 000 en 2000 à 295 000 en 2017, soit une réduction d’environ 35%, les baisses les plus importantes étant survenues depuis 2010, selon le rapport «Protect the Progress: Rise, Refocus, Recover – 2020 Rapport d’étape sur la stratégie mondiale Chaque femme, chaque enfant pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents (2016-2030). »

Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans a diminué de près de moitié entre 2000 et 2019, passant de 76 décès pour 1 000 naissances vivantes à 38. Le taux de mortalité néonatale a diminué à un rythme plus lent pendant cette même période, passant de 30 décès pour 1 000 naissances vivantes à 17, une diminution de 42%.

Cependant, les conflits, l’instabilité climatique et le COVID-19 mettent en danger la santé et le bien-être de tous les enfants et adolescents, a déclaré le Fonds international des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) pour le lancement du rapport.

La crise du COVID-19, en particulier, aggrave les inégalités existantes, avec des perturbations signalées dans les interventions de santé essentielles, affectant de manière disproportionnée les femmes et les enfants les plus vulnérables. Au plus fort des verrouillages pandémiques, des écoles ont été fermées dans 192 pays, affectant 1,6 milliard d’élèves; la violence domestique et la maltraitance des filles et des femmes ont augmenté; la pauvreté et la faim sont également en hausse, a déclaré l’UNICEF.

«Même avant la pandémie du COVID-19, un enfant de moins de 5 ans mourait toutes les six secondes quelque part dans le monde. Des millions d’enfants vivant dans des zones de conflit et dans des environnements fragiles font face à des difficultés encore plus grandes avec le début de la pandémie », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, dans le rapport. «Nous devons travailler collectivement pour répondre aux besoins immédiats causés par la pandémie tout en renforçant les systèmes de santé. Ce n’est qu’alors que nous pourrons protéger et sauver des vies. »

Le rapport examine également les inégalités profondément enracinées qui continuent de priver les femmes, les enfants et les adolescents de leurs droits.

En 2019, 82% des décès d’enfants de moins de 5 ans et 86% des décès maternels étaient concentrés en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Neuf infections à VIH pédiatriques sur 10 sont survenues en Afrique subsaharienne. Les taux de mortalité maternelle, néonatale, infantile et adolescente étaient nettement plus élevés dans les pays chroniquement touchés par des conflits.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé des efforts pour empêcher un renversement des progrès réalisés au cours des 10 dernières années.

«Il est de notre responsabilité collective de veiller à ce que les progrès des femmes, des enfants et des jeunes ne soient pas annulés par les conflits, la crise climatique ou le COVID-19. La volonté de lutter contre la pandémie doit s’accompagner de la volonté d’honorer les engagements et les investissements qui ont été consentis », a-t-il déclaré dans le rapport.

«J’appelle tous à recentrer nos efforts afin que la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent ne soit pas négligée alors que nous répondons à la crise du COVID-19. Ensemble, nous pouvons et devons orienter le relèvement de la pandémie vers une voie plus inclusive et durable, ne laissant aucune femme, enfant ou adolescent pour compte. »

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page