News

Ethiopian Airlines évite une pandémie grâce au boom du fret

Photo courtoisie: Ethiopian Airlines

Ethiopian Airlines a perdu plus d’un milliard de dollars de revenus pendant la pandémie de coronavirus, mais a jusqu’à présent réussi à éviter de demander un renflouement ou de licencier des employés à plein temps, a déclaré le PDG Tewolde Gebremariam dans un entretien avec l’AFP.

En pivotant en mars pour répondre à la demande croissante de fret, le plus grand transporteur d’Afrique a partiellement compensé le coup d’une baisse de 90% du trafic international, a déclaré Tewolde.

Il a même enregistré un bénéfice de 44 millions de dollars pour le premier semestre de l’année, a-t-il déclaré, bien que la société ait refusé de donner des détails car les chiffres ne sont pas audités.

Ethiopian, une entreprise publique qui est le joyau de l’économie nationale, a recouru à des tactiques peu orthodoxes pour se lancer dans le boom du fret lié à la pandémie.

En plus de retirer les sièges de 25 avions de passagers, il a enrôlé 20 autres dont les sièges sont restés intacts, sécurisant la cargaison avec des ceintures de sécurité.

À ce jour, il a opéré 360 chartes de fret d’équipements de protection individuelle dans plus de 80 pays.

«Nous avons été très rapides, très rapides, flexibles et agiles pour déplacer nos forces, nos ressources et tout vers le fret», a déclaré Tewolde.

«Je dirais que ces actions ont sauvé la compagnie aérienne.»

Le lent rebond du trafic de passagers – le nombre total de vols est à la moitié des niveaux de 2019 – signifie que l’Éthiopien reste en «mode survie», a déclaré Tewolde.

Pourtant, il cherche simultanément à approfondir ses liens avec d’autres compagnies aériennes du continent.

«C’est… le moment opportun maintenant pour soutenir d’autres compagnies aériennes parce que nous sommes dans une meilleure position», a-t-il déclaré.

Ethiopian s’associe déjà avec Malawian Airlines et ASKY Airlines basés au Togo.

Il détient également une participation de 45 pour cent dans Zambia Airways que Tewolde a dit qu’il prévoyait de lancer «soit en octobre ou en novembre».

Il est actuellement en pourparlers sur la restructuration de South African Airways (SAA), qui n’a survécu pendant des années que grâce aux renflouements de l’État.

En juillet, les créanciers de la SAA ont approuvé un plan de sauvetage qui le remplacerait par un nouveau transporteur compétitif.

Tewolde a déclaré qu’Éthiopien avait clairement fait savoir aux responsables sud-africains qu’il n’était «pas intéressé par les fonds propres» ou par l’aide à la SAA dans la gestion de sa dette.

«Nous leur avons dit que nous pouvions leur apporter une expertise de gestion, une expertise technique, une flotte et nous pouvons travailler sur une collaboration commerciale pour redémarrer South African Airways ensemble», a-t-il déclaré.

«Nous ne sommes intéressés que par le redémarrage de la nouvelle compagnie aérienne au début de l’année prochaine.»

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page