News

L’OMS enquête sur les allégations d’abus sexuels dans le cadre de la lutte contre Ebola en RDC

Publié le:

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré mardi qu’elle enquêtait sur les allégations d’exploitation et d’abus sexuels commis par des personnes s’identifiant comme les travailleurs de l’agence des Nations Unies luttant contre Ebola en République démocratique du Congo.

L’OMS a déclaré que ses dirigeants et son personnel étaient “indignés” par les récents rapports d’abus sexuels par des personnes disant qu’elles travaillaient pour l’agence de santé des Nations Unies dans la lutte contre Ebola en RDC.

“Les actions prétendument perpétrées par des individus s’identifiant comme travaillant pour l’OMS sont inacceptables et feront l’objet d’une enquête approfondie”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

«La trahison des personnes dans les communautés que nous servons est répréhensible», a-t-il déclaré, soulignant que «nous ne tolérons un tel comportement chez aucun de nos employés, sous-traitants ou partenaires».

L’OMS a souligné qu’elle avait une “politique de tolérance zéro à l’égard de l’exploitation et des abus sexuels”. “Toute personne identifiée comme étant impliquée sera tenue de rendre des comptes et encourra de graves conséquences, y compris un licenciement immédiat”, a-t-il indiqué.

Plus de 50 femmes accusent les travailleurs humanitaires d’Ebola

L’OMS n’a pas précisé les allégations spécifiques, mais sa déclaration est intervenue après qu’un rapport d’enquête de The New Humanitarian a révélé que plus de 50 femmes avaient accusé les travailleurs humanitaires d’Ebola de l’OMS et des principales organisations non gouvernementales d’exploitation sexuelle, les forçant notamment à le sexe en échange d’un travail.

L’OMS a déclaré que son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait lancé un examen approfondi des allégations, ainsi que des “problèmes de protection plus larges dans les situations d’urgence sanitaire”.

La RDC est actuellement aux prises avec une nouvelle épidémie d’Ebola dans la province de l’Équateur, qui a enregistré quelque 120 cas et 50 décès depuis juin.

L’épidémie actuelle est la 11e en RDC et la troisième au cours des deux dernières années.

Environ un milliard de dollars d’aide, ainsi qu’une armée de spécialistes externes, ont afflué en RDC après que la fièvre hémorragique tant redoutée a fait surface dans son est instable en 2018.

Cette épidémie a été déclarée terminée le 25 juin 2020 après la perte de 2287 vies – le bilan d’Ebola le plus élevé de l’histoire de la RDC et le deuxième au monde, après l’épidémie de 2013-16 en Afrique de l’Ouest qui a tué 11000 personnes.

(FRANCE 24 avec AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page