News

Des militants jugés pour tentative de vol de personnel africain

droit d’auteur d’imageGetty Images

légendeLe personnel a été volé au musée du Quai Branly à Paris (image de fichier)

Un militant congolais et quatre autres ont été jugés en France accusés d’avoir tenté de voler un membre du personnel d’un musée.

Emery Mwazulu Diyabanza s’est emparé du personnel funéraire africain du XIXe siècle au musée du Quai Branly à Paris en juin. Il a déclaré sur les réseaux sociaux qu’il était venu réclamer les biens volés de l’Afrique.

Les gardiens du musée ont arrêté le groupe et la police les a détenus.

Il y a eu de plus en plus de débats sur la question de savoir si les anciennes puissances coloniales devraient détenir des objets culturels d’Afrique.

Plus tôt cette année, un prince du Bénin a fait appel à un musée de la ville anglaise de Bristol pour rendre l’un des milliers d’articles pillés à l’époque coloniale.

  • Le Sénégal dévoile le Musée des civilisations noires

  • Un guide des “ trésors pillés ” de l’Afrique

Les cinq personnes jugées mardi sont accusées de tentative de vol d’une œuvre d’art enregistrée.

Les procureurs ont demandé une amende de 1 000 € (907 £) pour M. Diyabanza et de 500 € chacun pour ses prétendus complices.

M. Diyabanza aurait mené des actions similaires dans des musées de Marseille et de Berg en Dal aux Pays-Bas.

Après son arrestation en juin, M. Diyabanza, 41 ans, a poursuivi l’Etat français en l’accusant de “vol et réception de biens d’Etat”.

Il a critiqué la rapidité du gouvernement français à restituer des objets aux nations africaines.

Le président Emmanuel Macron a promis de regarder le retour de certains trésors culturels africains après sa victoire électorale en 2017.

Un rapport de 2018 commandé par M. Macron a déclaré qu’il y avait environ 90000 œuvres africaines dans les musées français, mais que toutes n’étaient pas pillées ou volées.

Jusqu’à présent, une épée de cérémonie a été renvoyée au Sénégal et le gouvernement a promis de restituer 26 œuvres au Bénin, rapporte l’agence de presse AFP.

M. Diyabanza a déclaré: “Macron reconnaît le pillage mais c’est lui qui décide de la quantité d’œuvres restituées et de l’opportunité de nous transférer la propriété”.

Un verdict sur le procès est attendu le mois prochain.

En savoir plus sur cette histoire

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page