HealthNews

Des travailleurs de l’OMS sont accusés d’abus sexuels lors de la riposte à Ebola au Congo

GENÈVE – L’Organisation mondiale de la santé, qui lutte déjà pour mener une réponse mondiale à la pandémie de coronavirus, a été frappée d’allégations potentiellement préjudiciables selon lesquelles des médecins et d’autres employés travaillant sur la réponse de l’agence à une épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo colportaient des emplois à des fins sexuelles .

The New Humanitarian, une organisation de presse à but non lucratif basée à Genève, et la Fondation Thomson Reuters ont publié mardi les résultats d’une enquête d’un an dans laquelle 30 des 51 femmes interrogées ont signalé l’exploitation par des hommes identifiés comme travaillant pour l’OMS sur l’épidémie d’Ebola à partir de 2018. .

L’OMS, une agence des Nations Unies qui affirme avoir une politique de tolérance zéro à l’égard des abus sexuels, a déclaré que ses dirigeants et son personnel étaient indignés par les rapports et ont promis une enquête «solide».

«La trahison des personnes dans les communautés que nous servons est répréhensible», a déclaré l’OMS dans un communiqué mardi à propos du rapport. «Nous ne tolérons un tel comportement chez aucun de nos employés, sous-traitants ou partenaires», a-t-il ajouté. «Toute personne identifiée comme étant impliquée sera tenue de rendre des comptes et encourra de graves conséquences, y compris un licenciement immédiat.»

Les allégations ont également apporté un nouvel examen minutieux aux luttes des Nations Unies face au problème vieux de plusieurs décennies de l’exploitation sexuelle par les troupes de maintien de la paix, qui a fait surface dans les conflits en Bosnie dans les années 1990 et dans des situations d’urgence plus récentes dans des endroits comme la République centrafricaine et Haïti.

Les 51 femmes interrogées ont toutes déclaré aux journalistes enquêteurs qu’elles avaient subi des pressions pour offrir des services sexuels aux employés de l’OMS et d’autres organisations humanitaires internationales ainsi qu’au ministère de la Santé du Congo. Ils ont été confrontés à la pression lorsqu’ils cherchaient un emploi et, à l’occasion, les hommes ont mis fin aux contrats de ceux qui refusaient, ont déclaré les femmes.

Huit femmes ont déclaré avoir été exploitées par des employés du ministère de la Santé. D’autres ont rapporté des rencontres avec des hommes de groupes caritatifs tels que World Vision, l’UNICEF et l’organisation médicale ALIMA.

Le rapport indique que World Vision a ouvert une enquête interne et a qualifié les allégations de «choquantes», tandis qu’ALIMA a déclaré qu’elle enquêterait sur les accusations.

Jean-Jacques Simon, un porte-parole de l’UNICEF dans la capitale congolaise, Kinshasa, a déclaré dans le rapport que son organisation avait reçu des informations concernant des employés de deux organisations partenaires qui semblaient être différentes des cas rapportés par The New Humanitarian et Thomson Reuters. L’UNICEF n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur les allégations portées contre son propre personnel.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a déclaré que son enquête, en plus d’enquêter sur ces allégations spécifiques, porterait également sur des questions plus larges de protection des civils dans les situations d’urgence.

Les allégations enquêtées au Congo se sont concentrées sur la ville du nord-est de Beni, un point focal dans une bataille de deux ans contre une épidémie du virus mortel Ebola à laquelle l’OMS a envoyé quelque 1500 membres du personnel et consultants. Les organisations internationales en ont déployé des milliers d’autres.

Le ministre congolais de la Santé, Eteni Longondo, a déclaré à l’enquête qu’il n’avait reçu aucun rapport d’exploitation par des travailleurs humanitaires, mais les journalistes ont trouvé que les comptes étaient si nombreux et similaires que la pratique semblait répandue.

Les femmes ont déclaré avoir été proposées dans des bureaux, des hôpitaux et des centres de recrutement extérieurs où des listes de postes vacants étaient affichées. La pratique était si courante, a déclaré une femme aux journalistes, que le sexe est devenu «un passeport pour l’emploi».

Certaines femmes travaillaient comme cuisinières, femmes de ménage ou travailleuses de proximité avec un salaire beaucoup plus élevé que la moyenne locale. Une femme, une survivante d’Ebola dont le mari était décédé des suites de la maladie, a déclaré avoir été droguée et maltraitée après avoir été invitée à une séance de conseil psychologique. Deux femmes ont déclaré être tombées enceintes par leurs agresseurs.

Les personnes interrogées ne connaissaient pas la nationalité de tous leurs agresseurs, mais elles ont identifié des hommes de pays occidentaux dont la Belgique, le Canada et la France, et de pays africains comme le Burkina Faso, la Guinée et la Côte d’Ivoire.

Les femmes se sont entretenues avec des journalistes sous couvert d’anonymat et ont déclaré qu’elles n’avaient jamais signalé les abus par crainte de subir des représailles ou de perdre leur emploi, ou par honte.

Les récits des femmes ont été largement corroborés par les chauffeurs des agences humanitaires qui ont déclaré à l’enquête avoir livré des femmes dans des hôtels, des maisons et des bureaux du personnel humanitaire. Un chauffeur a déclaré aux journalistes: «C’était tellement régulier que c’était comme acheter de la nourriture au supermarché.»

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page