News

La Cour de justice de l’Afrique de l’Est déterminera la candidature de Museveni pour 2021

Le président ougandais Yoweri Museveni s’adresse à la nation à la State House d’Entebbe, en Ouganda, le 9 septembre 2018 (Photo de SUMY SADURNI / AFP / Getty Images)
Le président ougandais Yoweri Museveni s’adresse à la nation à la State House d’Entebbe, en Ouganda, le 9 septembre 2018 (Photo de SUMY SADURNI / AFP / Getty Images)

La question de savoir si le président Yoweri Museveni figurera ou non sur le bulletin de vote pour les prochaines élections générales de 2021 sera tranchée aujourd’hui par la Cour de justice de l’Afrique de l’Est à Arusha, en Tanzanie.

Le tribunal régional qui sera présidé par la juge principale, Monica Mugenyi, devrait rendre son verdict à partir de 9h30.

«Prenez note que la référence ci-dessus est fixée pour le prononcé du jugement par vidéoconférence le mercredi 30 septembre 2020, à partir de 9h30 avant l’hon. La juge Monica Mugenyi, la juge principale, l’hon. Dr Charles Nyawello et l’hon. Charles Nyacha »lit en partie l’avis de jugement qui a été envoyé aux parties concernées le mois dernier.

«Par la présente, vous êtes tenu de comparaître devant le tribunal par vidéoconférence et de respecter les directives relatives à la vidéoconférence. Veuillez noter que s’il n’y a pas de comparution de votre part, la Cour procédera au prononcé du jugement et rendra les ordonnances nécessaires, nonobstant votre absence », indique en outre l’avis.

La référence qui sera décidée aujourd’hui concerne un avocat ougandais, Male Mabirizi, qui conteste la décision de la Cour suprême de confirmer l’amendement de la Constitution visant à supprimer la seule clause de sécurité restante sur la limite d’âge du président.

La décision de la Cour suprême a depuis donné son feu vert au président Museveni, qui aura plus de 75 ans aux prochains scrutins à contester.

Cependant, l’avocat Mabirizi veut bloquer cette initiative en faisant réintégrer la clause de limite d’âge de 102 (b) dans la Constitution.

Si le tribunal régional est d’accord avec les arguments de Mabirizi, les clauses de limite d’âge seront réintégrées dans la Constitution, ce qui rendra le président Museveni inéligible car il a déjà dépassé la limite d’âge qui est de 75 ans.

Au contraire, si le tribunal rejetait la référence, Museveni sera éligible pour figurer sur le bulletin de vote en tant que porte-drapeau du parti NRM puisque les principaux organes du parti l’ont approuvé comme leur seul candidat à la présidentielle lors des élections de l’année prochaine.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page