News

Les principaux dirigeants séparatistes du Cameroun appellent à la reprise de l’école après des années de boycott

BUEA, SW CAMEROUN. 12 MAI 2019. Une salle de classe vide dans une école maintenant abandonnée le 12 mai 2019 dans le sud-ouest du Cameroun. De nombreux enseignants payés par le gouvernement refusent désormais d’aller dans les écoles du sud-ouest du Cameroun après les menaces de séparatistes armés. En 2017, les séparatistes des territoires anglophones du Cameroun ont déclaré un État indépendant d’Ambazonie, une région anciennement connue sous le nom de Southern Cameroons, et ont pris les armes contre le gouvernement camerounais. La violence a contraint des centaines de milliers de personnes à quitter leurs foyers et, selon l’ONU, a laissé plus d’un million de personnes dans le besoin d’une aide humanitaire. (Photo par Giles Clarke / UNOCHA via Getty Images)
BUEA, SW CAMEROUN. 12 MAI 2019. Une salle de classe vide dans une école maintenant abandonnée le 12 mai 2019 dans le sud-ouest du Cameroun. De nombreux enseignants payés par le gouvernement refusent désormais d’aller dans les écoles du sud-ouest du Cameroun après les menaces de séparatistes armés. En 2017, les séparatistes des territoires anglophones du Cameroun ont déclaré un État indépendant d’Ambazonie, une région anciennement connue sous le nom de Southern Cameroons, et ont pris les armes contre le gouvernement camerounais. La violence a contraint des centaines de milliers de personnes à quitter leurs foyers et, selon l’ONU, a laissé plus d’un million de personnes dans le besoin d’aide humanitaire. (Photo par Giles Clarke / UNOCHA via Getty Images)

Deux dirigeants séparatistes clés, pour la première fois en quatre ans, ont appelé mardi à la réouverture des écoles dans les deux régions anglophones du Cameroun après des années de boycott.

«Le boycott scolaire n’est plus une arme de notre lutte pour l’indépendance. Ainsi, dans la mesure du possible, les forces d’Ambazonie (séparatistes armés) devraient autoriser l’éducation et même encourager la scolarisation », a déclaré Mark Bareta, l’un des dirigeants séparatistes qui ont mené le boycott, dans un tweet.

«Pesant sur les convictions des parents pour vérifier les garanties de sécurité de leurs enfants, je demande sans vergogne à tous les combattants et militants d’Ambazonia de me rejoindre dans la croisade pour permettre la reprise de l’école», a ajouté un autre chef séparatiste, Eric Tataw, dans un tweet.

Les dirigeants séparatistes ont imposé un boycott scolaire dans les régions en difficulté depuis 2016 pour protester contre ce qu’ils ont qualifié d’injustices éducatives contre les anglophones.

Le boycott scolaire de quatre ans a laissé plus de 800 000 enfants non scolarisés, selon l’UNICEF, le fonds des Nations Unies pour l’enfance.

En 2017, des combattants séparatistes ont commencé à se heurter aux forces gouvernementales dans le but d’établir une nation indépendante qu’ils appellent «Ambazonie» dans les deux régions anglophones du Cameroun largement francophone.

La nouvelle année scolaire au Cameroun débutera le 5 octobre

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page