News

L’ancien président de la Sierra Leone condamné à comparaître devant la commission anti-corruption

Président de la Sierra Leone Président Ernest Bai Koroma

L’ancien président de la Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, doit comparaître lundi devant une commission anti-corruption pour répondre à des questions sur des allégations de corruption pendant son mandat.

Koroma et plus de 100 autres responsables, dont l’ancien vice-président de Koroma, Victor Bockarie Foh, sont également interdits de quitter le pays à moins d’avoir obtenu l’autorisation du gouvernement.

L’enquête sur Koroma porte sur des contrats d’exploitation minière, de construction et d’approvisionnement et sur la question de savoir si les fonctionnaires se sont illicitement enrichis pendant le mandat 2007-2018 de Koroma.

Un rapport d’une commission gouvernementale a révélé le détournement de centaines de millions de dollars.

Parmi les recommandations, toutes les personnes jugées coupables devraient rembourser les sommes qu’elles ont détournées et / ou confisquer les propriétés acquises illégalement au cours de la période.

L’ancien président a déjà cinq de ses maisons vouées à la confiscation de l’Etat.

Tous les autres fonctionnaires répertoriés ont 90 jours pour rembourser le gouvernement ou faire face à d’autres mesures.

Reuters a rapporté mercredi que Koroma n’avait pas parlé en public de la controverse, mais le parti All People’s Congress, que Koroma dirige toujours, envisage de faire appel de l’action contre lui.

Le All People’s Congress a rejeté les conclusions, affirmant qu’elles étaient «politiquement motivées, juridiquement viciées et procédurales».

Histoire compilée avec l’aide de rapports de fil

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page