News

Le gouvernement intérimaire du Mali espère une fin imminente des sanctions

Le bureau du président par intérim du Mali, Bah Ndaw, a déclaré jeudi que les dirigeants ouest-africains pourraient lever les sanctions économiques imposées contre le pays après un coup d’État militaire en août.

Les voisins ont appliqué des sanctions et fermé les frontières pour faire pression sur l’État du Sahel pour qu’il nomme des dirigeants civils par intérim après le renversement de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita le 18 août.

En réponse, la junte a nommé Ndaw, un colonel à la retraite, comme président par intérim.

Il gouvernera pendant un maximum de 18 mois avant la tenue d’élections.

Ndaw a également nommé l’ancien ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane comme son Premier ministre le 27 septembre dans le cadre de la tentative de remplir les conditions fixées par le bloc de 15 pays de la CEDEAO.

Jeudi, Ndaw a rencontré l’envoyé de la CEDEAO Hamidou Boly dans la capitale Bamako, selon le compte Twitter de la présidence par intérim.

Boly “a suggéré que les sanctions pourraient bientôt être levées”, indique le tweet.

Cependant, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déjà exprimé d’autres réserves sur le gouvernement malien après le coup d’État.

Parmi eux figurent la détention de dirigeants politiques arrêtés lors du coup d’État; le maintien de la junte en tant qu’entité; et une feuille de route vers un régime civil – un document approuvé par la junte que la CEDEAO veut rendre public.

La CEDEAO s’inquiète également de la position du chef de la junte, le colonel Assimi Goita, en tant que vice-président par intérim, dont le rôle au sein du gouvernement reste flou tant que la feuille de route n’est pas publiée.

Un responsable de la junte a déclaré à l’AFP que le document pourrait être publié prochainement.

Les restrictions commerciales de la CEDEAO comprennent une interdiction des échanges commerciaux et des flux financiers, mais pas des produits de première nécessité, des médicaments, des équipements pour lutter contre le coronavirus, du carburant ou de l’électricité.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page