News

Le chef de l’opposition burkinabé et l’ancien Premier ministre se présentent aux élections

Le principal chef de l’opposition burkinabé Zephirin Diabre et l’ancien Premier ministre de la transition en exil Yacouba Isaac Zida ont déposé vendredi leur candidature à l’élection présidentielle de novembre.

Diabre, le chef vétéran du plus grand parti d’opposition du pays frappé par l’insurrection, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), a déclaré que le parti au pouvoir avait amené ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest «au bord du chaos».

Il est arrivé deuxième aux élections de 2015, remportées par Roch Marc Christian Kabore, candidat à la réélection le 22 novembre malgré les critiques croissantes selon lesquelles il n’a pas réussi à s’attaquer à cinq ans d’insurrection djihadiste.

Diabre, 61 ans, s’en est pris au Mouvement populaire pour le progrès (MPP) du président Kabore alors qu’il enregistrait sa candidature à la Commission électorale nationale indépendante vendredi.

«Cinq ans sous le MPP ont amené le Burkina Faso au bord du chaos», a-t-il déclaré.

«Nous sommes obligés de le sauver aujourd’hui.»

Ministre sous l’ancien président Blaise Compaoré dans les années 1990, Diabre est entré dans l’opposition en 2011 et a fondé l’UPC.

Après 27 ans au pouvoir, Compaoré a été expulsé en 2014 par des manifestations populaires.

Zida, alors lieutenant-colonel, a immédiatement pris le pouvoir.

Mais après une pression soutenue des partis politiques, de la société civile et de la communauté internationale, il a cédé le pouvoir à un diplomate à la retraite qui l’a nommé Premier ministre de la transition.

Il a été exilé au Canada après avoir rendu visite à sa famille là-bas en 2016 et n’est jamais revenu, ce qui a incité un mandat d’arrêt pour «désertion».

Zida a déposé sa candidature via des partisans qui ont déclaré qu’il serait de retour pour la campagne électorale.

Une vingtaine de partis d’opposition, dont l’UPC, ont accepté de soutenir le candidat de l’opposition se qualifiant pour le second tour.

Plusieurs anciens membres du régime de Compaoré ont déjà fait part de leur intention de se présenter, notamment l’ex-Premier ministre Kadre Desire Ouedraogo et Eddie Komboigo, le chef du parti de Compaoré qui a été exclu du vote de 2015.

Le champ bondé comprend également Tahirou Barry, qui est arrivé troisième en 2015 et a démissionné de son poste de ministre dans le premier gouvernement de Kabore.

Le pays est l’un des plus pauvres du monde et depuis 2015, l’insurrection a vu plus de 1100 vies perdues et près d’un million de personnes chassées de chez elles.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page