News

Le gouvernement soudanais et les groupes armés signent un accord de paix pour mettre fin aux conflits

Le président du Conseil souverain du Soudan, Abdel Fattah al-Burhan, le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le président tchadien Idriss Deby (avant, de gauche à droite) maintiennent l’accord de paix à Juba, au Soudan du Sud, le 3 octobre 2020. Le gouvernement soudanais et Les groupes armés ont signé samedi un accord de paix final à Juba, la capitale du Soudan du Sud, pour mettre fin aux conflits armés. (Photo de Denis Elamu / Xinhua)
Le président du Conseil souverain du Soudan, Abdel Fattah al-Burhan, le président du Soudan du Sud Salva Kiir et le président tchadien Idriss Deby (avant, de gauche à droite) maintiennent l’accord de paix à Juba, au Soudan du Sud, le 3 octobre 2020. Le gouvernement soudanais et Les groupes armés ont signé samedi un accord de paix final à Juba, la capitale du Soudan du Sud, pour mettre fin aux conflits armés. (Photo de Denis Elamu / Xinhua)

Après une année complète de négociations, le gouvernement soudanais et les groupes armés ont signé samedi un accord de paix final à Juba, la capitale du Soudan du Sud, pour mettre fin aux conflits armés.

La cérémonie de signature, qui a été retransmise en direct par la télévision officielle du Soudan, a été suivie par le président sud-soudanais Salva Kiir, le président du Conseil souverain du Soudan Abdel Fattah al-Burhan et le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok.

Les participants comprenaient également des représentants de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar, du Tchad et de l’Égypte, ainsi que des organisations régionales et internationales telles que les Nations Unies, l’Union africaine, la Ligue arabe et l’Union européenne.

Le vice-président du Conseil souverain du Soudan, Mohamed Hamdan Daqlu, a signé l’accord pour le gouvernement soudanais, tandis que les dirigeants de neuf groupes armés, sous l’Alliance du Front révolutionnaire, ont signé pour l’alliance.

Al-Burhan, s’adressant à la cérémonie de signature, a promis qu’il n’y aurait pas de retour à la guerre, déclarant: «Nous ne dévierons pas de la paix. Nous réitérons notre volonté de mettre en œuvre ce qui a été convenu. »

Pendant ce temps, Al-Hadi Idris, président de l’alliance, a exhorté la communauté internationale à soutenir la mise en œuvre de l’accord de paix.

L’accord comprenait des protocoles d’arrangements de sécurité, le partage du pouvoir et des richesses, l’indemnisation des personnes déplacées et des réfugiés, la propriété foncière et la réalisation de la justice et du développement.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki, a réitéré le soutien de l’UA à l’accord de paix au Soudan.

«La mise en œuvre de l’accord est plus difficile que sa signature. L’UA soutiendra cet accord », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly, lors de la cérémonie de signature, a exprimé le soutien de l’Égypte à l’accord de paix du Soudan.

«Je réaffirme la ferme détermination de l’Égypte à continuer de travailler avec les frères du Soudan pour améliorer les aspects du partenariat permanent entre nos deux pays», a déclaré Madbouly.

Depuis octobre 2019, le Soudan du Sud sert de médiateur entre le gouvernement soudanais et les groupes armés des régions du Darfour, du Kordofan du Sud et du Nil bleu.

Mouvement soudanais pour la justice et l’égalité, dirigé par Jibril Ibrahim, le Mouvement de libération du Soudan (SLM) / la faction Minni Minnawi, le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) / secteur nord (factions Malik Agar et Abdelaziz al-Hilu) et des groupes d’opposition de l’est, le centre et le nord du Soudan, a pris part aux pourparlers avec le gouvernement.

Cependant, le SPLM / secteur nord dirigé par Abdelaziz al-Hilu n’a pas encore signé l’accord de paix après que la médiation ait suspendu les négociations entre lui et le gouvernement soudanais, tandis que la faction SLM / Abdul Wahid Mohamed Nur a refusé de rejoindre les pourparlers de paix.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page