News

Les manifestations post-électorales mettent le Kirghizistan au bord de la révolte

Les autorités ont déclaré qu’elles n’excluaient pas la tenue d’un autre vote.

Les manifestations de milliers de personnes ont éclaté après que deux partis de l’establishment, dont l’un est proche du président Sooronbai Jeenbekov, aient balayé le vote de dimanche, selon les résultats préliminaires.

Les manifestants ont exigé que les résultats du vote soient annulés et la Commission électorale centrale a déclaré mardi qu’elle examinerait leur demande, a rapporté le site d’information local 24.kg.

L’agence de presse russe RIA a cité la porte-parole de Jeenbekov qui a déclaré qu’il n’excluait pas non plus d’annuler les résultats de l’élection contestée.

La police avait dispersé la manifestation lundi soir, mais les manifestants sont retournés sur la place centrale de la capitale Bichkek quelques heures plus tard et ont pénétré par effraction dans le bâtiment qui abrite à la fois le président et le parlement, ont indiqué les sites locaux.

Le bâtiment connu localement sous le nom de Maison Blanche a brièvement pris feu mardi matin et a été rapidement éteint.

Les manifestants ont ensuite fait irruption au siège du Comité d’État sur la sécurité nationale et ont libéré l’ancien président Almazbek Atambayev, qui a été condamné cette année à une longue peine de prison pour corruption après s’être brouillé avec Jeenbekov, son successeur.

Jeenbekov a déclaré lundi soir qu’il rencontrerait mardi les dirigeants de tous les partis qui avaient pris part aux élections.

Pendant ce temps, les groupes d’opposition ont nommé leur propre chef par intérim de la sécurité nationale et procureur général par intérim et ont nommé un commandant de Bichkek, bien que l’on ne sache pas combien de pouvoir réel ils détenaient.

Une personne a été tuée et des centaines blessées lors des affrontements qui ont duré la nuit, a indiqué le gouvernement.

Le pays d’Asie centrale de 6,5 millions d’habitants, étroitement allié à la Russie, a une histoire de volatilité politique. Au cours des 15 dernières années, deux de ses présidents ont été renversés par des révoltes

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page