News

Le Mozambique va introduire des peines non privatives de liberté en 2021

Le ministère de la Justice, des Affaires constitutionnelles et religieuses du Mozambique a annoncé mercredi que le pays introduirait des peines non privatives de liberté à partir de 2021, une mesure qui aura un impact significatif sur la gestion des prisonniers dans ce pays d’Afrique du Sud-Est.

L’annonce a été faite par le vice-ministre Filimao Suaze, qui s’est adressé à la presse lors de l’ouverture d’un forum sur la mise en œuvre des peines alternatives à la prison, à Maputo.

«Il est très important que nous nous préparions pour que nous puissions voir les prisonniers fournir des services dans les communautés, dans diverses dimensions, que ce soit en nettoyant les routes, les écoles ou en participant à un projet de construction publique», a déclaré Suaze aux journalistes.

Suaze a déclaré que l’application correcte et fidèle des peines alternatives peut contribuer au rétablissement des condamnés, dans l’harmonie et la paix sociale, ainsi qu’à la gestion du système pénitentiaire, ce qui serait soulagé du problème chronique de la surpopulation. .

«Il est impératif que chacun des acteurs soit conscient de ses responsabilités pour pouvoir agir de manière systématique, synchronisée et harmonieuse, mais d’autre part continuer à sensibiliser les communautés à l’importance des ‘peines non privatives de liberté’ ,” il a dit.

L’événement s’est déroulé sous le slogan «Créer les bases de la coopération institutionnelle dans l’exécution des peines non privatives de liberté», rassemblant des représentants du gouvernement, des directeurs d’établissements pénitentiaires et des magistrats de la justice.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page