News

Les parents ougandais qui n’immunisent pas les enfants pour qu’ils soient arrêtés

L’infirmière Agnès de l’hôpital communautaire de Bwindi prépare une vaccination pendant la clinique de proximité à Kitahurira, la seule colonie de la tribu Batwa dans le district de Mpungu. Elle administre les vaccins contre la polio et la rougeole aux nouveau-nés de la communauté. Le district de Mpungu se trouve à la lisière de la forêt impénétrable de Bwindi, à l’ouest de l’Ouganda. (Photo par In Pictures Ltd./Corbis via Getty Images)
L’infirmière Agnès de l’hôpital communautaire de Bwindi prépare une vaccination lors de la clinique de proximité à Kitahurira, la seule colonie de la tribu Batwa du district de Mpungu. Elle administre les vaccins contre la polio et la rougeole aux nouveau-nés de la communauté. Le district de Mpungu se trouve à la lisière de la forêt impénétrable de Bwindi, à l’ouest de l’Ouganda. (Photo par In Pictures Ltd./Corbis via Getty Images)

Le ministre d’État ougandais chargé des soins de santé primaires, le Dr Moriku Joyce Kaducu, a révélé que le gouvernement déploierait un autre exercice de vaccination à l’échelle nationale pour permettre à ceux qui ont manqué à cause des défis occasionnés par la pandémie de COVID-19 au début de cette année.

L’exercice de vaccination se fera dans le cadre des Journées intégrées de la santé infantile (ICHD) dont le but est, entre autres, de consolider la détermination du gouvernement à minimiser la morbidité, la mortalité et l’invalidité évitables dues à la diarrhée, la pneumonie, la rougeole, le tétanos, la tuberculose, les infections de la gorge et de la poitrine. Le Dr Kaducu a déclaré mardi aux journalistes que le gouvernement devra vacciner plus de 17 millions d’enfants, entre autres, qui n’ont pas été retenus en raison du verrouillage imposé au début de cette année pour contenir la propagation du coronavirus mortel.

«Les activités intégrées de santé infantile d’octobre 2020 font suite à deux perturbations en octobre 2019 en raison de la campagne rougeole-rubéole et en avril 2020 en raison du verrouillage du COVID 19. En conséquence, il y a un arriéré de; 1,2 million d’enfants âgés de 10 et 11 ans qui ont besoin d’être vaccinés contre le cancer du col de l’utérus [and] 17,3 millions d’enfants de moins de 15 ans qui ont besoin d’un déparasitage pour éviter la perte de sang en vers », a déclaré le Dr Kaducu.

La commissaire en charge de la santé infantile, le Dr Jessica Nsungwa Sabiti, a révélé que le gouvernement avait l’intention de poursuivre tous les parents qui refusent de vacciner leurs enfants au cas où la sensibilisation ne serait pas respectée.

«Notre objectif principal est d’éduquer les gens et de leur dire l’importance de la vaccination et cela va être très critique car demain, quand le vaccin contre le COVID arrivera et trouvera ce genre de personnes qui ne veulent pas être vaccinées[then] nous allons avoir un gros problème », a déclaré le Dr Sabiti.

«Donc, à l’avenir, cela signifie que vous pouvez être persécuté. Ainsi, une fois que nous aurons aligné la loi, il deviendra très difficile pour les personnes non vaccinées d’avoir accès à l’école et de ne pas avoir accès à d’autres services sociaux comme les services de santé », a-t-elle ajouté.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page