News

Trump refuse de participer à un débat virtuel avec Biden

Le président américain Donald Trump prend la parole lors d’un rassemblement électoral au Southport High School à Indianapolis, Indiana, États-Unis, le 2 novembre 2018. REUTERS / Carlos Barria
Le président américain Donald Trump prend la parole lors d’un rassemblement électoral au Southport High School à Indianapolis, Indiana, États-Unis, le 2 novembre 2018. REUTERS / Carlos Barria-19

Le président américain Donald Trump a déclaré jeudi qu’il ne participerait pas à un débat virtuel avec le candidat démocrate à la présidence de 2020, Joe Biden, après que les organisateurs prévoient d’organiser la prochaine confrontation des rivaux virtuellement pour protéger la santé et la sécurité des personnes impliquées.

«Je ne vais pas faire de débat virtuel», a déclaré Trump, qui se remet du COVID-19 à la Maison Blanche, dans une interview à Fox Business.

«Je ne vais pas perdre mon temps avec un débat virtuel. Ce n’est pas le but du débat. Vous vous asseyez derrière un ordinateur et faites un débat, c’est ridicule », a déclaré Trump.

La Commission sur les débats présidentiels (CPD) a annoncé jeudi matin que la deuxième rencontre Trump-Biden, prévue pour le 15 octobre, «prendra la forme d’une réunion municipale, à laquelle les candidats participeraient à partir de lieux éloignés séparés».

Les participants à la réunion municipale et le modérateur, a-t-il ajouté, seront situés au Adrienne Arsht Center for the Performing Arts à Miami, en Floride.

Bill Stepien, directeur de campagne de Trump, a déclaré dans un communiqué qu ‘”il n’y a pas besoin de cette déclaration unilatérale”, faisant référence au changement du format du débat.

«La sécurité de toutes les personnes impliquées peut être facilement assurée sans annuler la chance pour les électeurs de voir les deux candidats s’affronter», a déclaré Stepien, qui a également récemment été testé positif au COVID-19.

“Nous allons transmettre cette triste excuse pour renflouer Joe Biden et faire un rallye à la place”, a déclaré Stepien.

Les candidats à la présidentielle se sont réunis pour leur premier débat de la course à Cleveland, Ohio, le 29 septembre, deux jours avant que le titulaire ne soit testé positif au COVID-19. Biden a subi plusieurs tests depuis le diagnostic de Trump, chacun retournant négatif.

L’ancien vice-président a déclaré que le deuxième débat ne devrait pas avoir lieu si son adversaire républicain a toujours le virus.

Kate Bedingfield, directrice adjointe de la campagne de Biden, a déclaré jeudi que le démocrate avait l’intention de participer au débat virtuel la semaine prochaine.

«Le vice-président Biden a hâte de parler directement au peuple américain et de comparer son plan pour rapprocher le pays et mieux reconstruire avec l’échec du leadership de Donald Trump sur le coronavirus qui a jeté la forte économie dont il a hérité dans la pire récession depuis la Grande Dépression », A déclaré le porte-parole dans un communiqué.

Frank Fahrenkopf, chef du CPD, a déclaré à CNN que le panel s’était entretenu avec les deux campagnes «juste avant» d’annoncer la décision de tenir virtuellement le débat à Miami, mais ne les avait pas consultés sur la décision.

Fahrenkopf a ajouté que la décision avait le soutien de la Cleveland Clinic, les conseillers en santé de la commission, tout en reconnaissant également qu’il était pleinement dans le droit de Trump de refuser de débattre.

«Il n’y a aucune loi obligeant les candidats à la présidentielle à débattre», a-t-il expliqué. «C’est donc à chaque candidat de décider s’il souhaite débattre ou non.»

Trump est retourné à la Maison Blanche lundi, où il continue de recevoir un traitement COVID-19 après une hospitalisation de trois jours.

S’adressant à Fox Business jeudi, le président a déclaré qu’il se sentait «parfait», tout en semblant désireux de prendre la piste électorale alors que l’avance de Biden sur lui dans les sondages nationaux s’élargissait.

«Je pense que je vais mieux… au point que j’adorerais faire un rallye ce soir. Je voulais en faire un hier soir », a déclaré Trump. «Je me sens parfait. Il n’y a rien de mal.

Les Centers for Disease Control and Prevention recommandent aux individus de s’auto-isoler pendant au moins 10 jours après l’apparition des symptômes du COVID-19, qui a infecté plus de 7,55 millions de personnes et tué près de 212000 aux États-Unis.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page