News

Nigéria: des jihadistes de Boko Haram tuent 14 agriculteurs

Des soldats et des policiers passent devant une maison incendiée le 4 février 2016 lors d’une visite dans le village du village de Dalori, à environ 12 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria, après qu’une attaque des insurgés de Boko Haram sur le village a fait au moins 85 morts. le 30 janvier 2016. Au moins 85 personnes sont mortes lorsque des insurgés de Boko Haram ont pris d’assaut et incendié un village le 30 janvier près de la ville agitée de Maiduguri, dans le nord-est du Nigéria, a déclaré un commissaire d’État le 1er février 2016. Boko Haram, qui cherche un islamiste extrémiste État du nord du Nigéria, a tué quelque 17 000 personnes et contraint plus de 2,6 millions d’autres à fuir leur domicile depuis 2009. / AFP / STRINGER (Crédit photo doit lire STRINGER / AFP / Getty Images)
Des soldats et des policiers passent devant une maison incendiée le 4 février 2016, lors d’une visite dans le village du village de Dalori, à environ 12 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria, après une attaque des insurgés de Boko Haram sur le village en a laissé au moins 85 personnes décédées le 30 janvier 2016. (Crédit photo doit lire STRINGER / AFP / Getty Images)

Des combattants du groupe djihadiste Boko Haram ont tué 14 agriculteurs dans le nord-est du Nigéria agité, ont déclaré mardi des membres d’une milice soutenue par le gouvernement.

Les sources ont déclaré à l’AFP que les insurgés ont saisi lundi 15 agriculteurs travaillant dans leurs champs d’irrigation dans le village de Ngwom, à 14 kilomètres au nord de la ville principale de la région, Maiduguri, et leur ont coupé la gorge.

«Ils ont massacré les fermiers, tuant 14 et un a survécu avec une coupure profonde. Ils l’ont laissé pour mort », a déclaré Babakura Kilo, un chef du groupe anti-jihadiste.

Les insurgés ont capturé les fermiers alors qu’ils s’occupaient de leurs récoltes en début d’après-midi, ne leur laissant aucune place pour s’échapper, a déclaré un autre membre Ibrahim Liman qui a fait le même bilan.

Le survivant a été emmené à l’hôpital dans un «état potentiellement mortel», a déclaré Liman.

Boko Haram et le groupe rival État islamique de la province de l’Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont de plus en plus ciblé les bûcherons, les éleveurs et les pêcheurs dans leur campagne violente, les accusant d’espionnage et de transmission d’informations aux militaires et aux milices locales qui les combattent.

Au moins 36000 personnes ont été tuées dans le conflit jihadiste qui a déplacé environ deux millions de personnes de leurs foyers depuis 2009.

La violence s’est propagée au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins, incitant une coalition militaire régionale à combattre les militants.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page