News

L’Afrique du Sud passe 700000 cas de coronavirus

Un travailleur médical vérifie la température d’un résident local lors d’un programme régional de dépistage de la santé à Rustenburg, en Afrique du Sud, le mardi 7 avril 2020. L’Afrique du Sud est à mi-chemin d’un verrouillage national de trois semaines et a bouclé ses frontières dans un a tenté d’arrêter la propagation du coronavirus, qui a infecté jusqu’à présent 1 749 personnes et coûté la vie à 13 personnes. Photographe: Waldo Swiegers / Bloomberg via Getty Images
Un travailleur médical vérifie la température d’un résident local lors d’un programme régional de dépistage de la santé à Rustenburg, en Afrique du Sud, le mardi 7 avril 2020. Photographe: Waldo Swiegers / Bloomberg via Getty Images

Le nombre de personnes en Afrique du Sud qui ont été testées positives pour le coronavirus a dépassé 700000, ont montré des chiffres officiels du jour au lendemain, une autre étape sombre pour le pays le plus touché du continent.

Les statistiques publiées par le ministère de la Santé ont montré vendredi 2 019 nouveaux cas de COVID-19, portant le total du pays à 700 203.

Son nombre total de décès liés au coronavirus est passé à 18370 après que 61 autres aient été enregistrés au cours de la période de référence de 24 heures.

L’Afrique du Sud représente environ 43% des infections diagnostiquées sur le continent, suivie du Maroc qui en compte plus de 160 000.

Son nombre moyen hebdomadaire de cas a augmenté d’environ 2%, soit moins que l’augmentation moyenne de 7% du continent au cours du mois dernier, selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

L’Afrique du Sud a connu son apogée entre juillet et août, lorsque les nouveaux cas quotidiens étaient en moyenne d’environ 12 000.

Les règles strictes de verrouillage et les restrictions de voyage ont depuis été assouplies, mais le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, a mis en garde contre la complaisance.

«Nous ne pouvons pas dire si nous aurons une deuxième vague ou non, mais le risque est là», a déclaré le ministre aux médias locaux en début de semaine.

«Pour le moment, nous n’avons pas vu d’augmentation indiquant qu’il y a une deuxième vague, mais nous ne pouvons pas dire que les gens doivent être complaisants.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page