News

Deux morts dans des affrontements ethniques alors que la campagne présidentielle ivoirienne commence

Alors même que les bureaux de vote se fermaient dimanche en Guinée, où les tensions étaient vives avant la compétition entre le président Alpha Condé et le challenger Cellou Dalein Diallo, la Côte d’Ivoire voisine a connu des affrontements ethniques mortels avant ses propres élections présidentielles âprement disputées.

Au moins deux personnes sont mortes à Bongouanou, où des membres de l’ethnie Agni se sont battus avec le peuple Dioula pour leurs candidats préférés à l’approche des élections du 31 octobre. L’Agence France-Presse a rapporté que le domicile de Pascal Affi N’Guessan, un ancien Premier ministre confronté au président Alassane Ouattara, a été incendié ainsi que des maisons et des commerces incendiés.

La violence du week-end a été la dernière d’une série d’épisodes en Côte d’Ivoire, où la décision de Ouattara, 78 ans, de briguer un troisième mandat a suivi la mort d’Amadou Gon Coulibaly en juillet. Coulibaly, un ancien Premier ministre ivoirien, était sur le point de devenir le candidat du parti RHDP au pouvoir après que Ouattara ait accepté de ne pas se présenter à nouveau et se soit dit prêt à se retirer pour la prochaine génération.

Mais les leaders de l’opposition du Front populaire ivoirien (FPI) et du Parti Démocratique de la Côte d’Ivoire-Rassemblement Démocratique Africain (PDCI-RDA), les principaux partis politiques d’opposition, rejettent à la fois la candidature Ouattara qu’ils jugent illégitime et les changements constitutionnels qui autorisé pour un troisième mandat.

La campagne a commencé vendredi en Côte d’Ivoire, avec Ouattara visitant Man dimanche pour un rassemblement avec les chefs traditionnels et religieux.

Image: Président Alassane Ouattara

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page