News

L’OMS appelle à la prudence en Afrique face à l’augmentation potentielle des cas de COVID-19

Un travailleur médical vérifie la température d’un résident local lors d’un programme régional de dépistage de la santé à Rustenburg, en Afrique du Sud, le mardi 7 avril 2020. L’Afrique du Sud est à mi-chemin d’un verrouillage national de trois semaines et a bouclé ses frontières dans un a tenté d’arrêter la propagation du coronavirus, qui a infecté jusqu’à présent 1 749 personnes et coûté la vie à 13 personnes. Photographe: Waldo Swiegers / Bloomberg via Getty Images
PHOTO DE DOSSIER: Un responsable de la santé portant un masque examine le certificat COVID-19 d’un passager arrivé au Kenya en provenance de Kigali, au Rwanda. (Photo par Dennis Sigwe / SOPA Images / LightRocket via Getty Images)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé les pays africains à faire preuve de prudence face à la pandémie de coronavirus, malgré une tendance à la baisse de sa courbe au cours des 90 derniers jours.

L’Afrique continue de voir des statistiques contrastées dans différentes régions, certains pays signalant une baisse des chiffres tandis que d’autres constatent une résurgence du nombre de cas. Seuls trois pays du continent ont signalé plus de 100 000 cas de COVID-19.

Le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, a averti que la baisse du nombre de cas s’était stabilisée et que le continent se trouvait à un «moment charnière».

«Ainsi, le continent est à un moment clé où les pays pourraient connaître une augmentation des cas. Parfois appelé une nouvelle vague d’augmentations », a déclaré Moeti.

Moeti a souligné le développement, alors même que le monde assistait à une résurgence du nombre de nouvelles infections en Europe.

L’Europe, en tant que région, rapporte plus de cas quotidiens que les États-Unis, l’Inde et le Brésil réunis. L’augmentation des cas est due au fait que beaucoup plus de tests sont effectués que pendant la première vague de la pandémie.

Vendredi, l’Europe a signalé plus de 150000 cas quotidiens de coronavirus en environ une semaine après avoir signalé 100000 cas pour la première fois.

Moeti a déclaré qu’il était essentiel que plusieurs gouvernements africains aient rouvert leurs frontières et leurs écoles, et assoupli les restrictions sur les déplacements et les rassemblements, ajoutant qu’il n’était pas souhaitable que les économies soient fermées perpétuellement.

Elle a ajouté qu’elle était heureuse de voir que les gouvernements avaient utilisé la période de verrouillage pour renforcer leurs capacités à contenir la pandémie.

«En travaillant avec l’OMS, les CDC africains et d’autres partenaires, les pays africains sont désormais bien mieux placés pour relever les défis que le COVID-19 nous lance.»

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 en Afrique, samedi, s’élevait à plus de 1,6 million, selon les chiffres de l’OMS, tandis que le nombre de décès dépassait 38000.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page