News

Le candidat de l’opposition guinéenne revendique la victoire avant les résultats officiels, la violence éclate

Publié le:

Le candidat de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo a déclaré lundi qu’il avait remporté le premier tour de l’élection présidentielle du 18 octobre, mais sa revendication a été rapidement contestée par la commission électorale et le gouvernement, ouvrant la voie à une impasse.

“Malgré les graves anomalies qui ont entaché le bon déroulement de l’élection … et au vu des résultats qui sont sortis des urnes, je suis victorieux de cette élection au premier tour”, a déclaré Diallo aux journalistes et aux supporters enthousiastes.

Il n’a pas donné de chiffres, mais a déclaré que le décompte était basé sur le décompte de son parti, et non sur un décompte officiel effectué par la commission électorale nationale, qui n’a pas encore publié les résultats.

La commission électorale a déclaré que la revendication de Diallo n’avait aucun poids.

“La Commission électorale nationale indépendante est le seul organe autorisé à donner des résultats provisoires. Ce n’est ni à un parti politique ni à aucun individu de le faire”, a déclaré à Reuters Mamadi 3 Kaba, porte-parole de la commission.

“Nous regrettons l’attitude de M. Diallo et nous disons que cette déclaration est nulle et non avenue”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement guinéen a déclaré lundi soir dans un communiqué que la déclaration de Diallo était irresponsable et pourrait semer la confusion et saper la paix dans l’État ouest-africain. Il a averti qu’il pourrait lancer des accusations criminelles contre lui.

Le gouvernement a déclaré que les résultats de plus de 15 000 bureaux de vote étaient toujours en cours de calcul. “Il est impossible, à ce stade du processus, de n’avoir aucune des tendances, encore moins les résultats du vote.”

Diallo est le principal concurrent du président sortant de la Guinée, Alpha Condé, âgé de 82 ans, qui cherche un troisième mandat après un changement constitutionnel en mars qui a déclenché des manifestations meurtrières.

Suite à son annonce, les partisans de Diallo sont descendus dans les rues de ses bastions, déclarant leur prétendue victoire.

Diallo a déclaré sur Twitter que trois jeunes hommes avaient été tués dans la capitale et que plusieurs autres avaient été blessés par les forces de sécurité alors qu’ils célébraient sa victoire.

Le gouvernement n’était pas immédiatement disponible pour commenter les décès.

Le ministre de la Sécurité Damantang Albert Camara a précédemment accusé le parti de Diallo d’avoir publié de faux résultats et a averti qu’il risquait de déclencher des violences.

“Cette stratégie de célébration forcée, prématurée et injustifiée a été soigneusement planifiée bien avant les élections”, a déclaré Camara dans un communiqué.

Des groupes de défense des droits disent qu’au moins 50 personnes ont été tuées au cours de l’année écoulée lors de manifestations contre le changement constitutionnel qui a permis à Condé de chercher au moins six années supplémentaires au pouvoir.

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page