News

Le Zimbabwe lance une bourse de valeurs libellée en dollars

ZIMBABWE – 13 SEPTEMBRE: Les traders travaillent sur le parquet de la Bourse du Zimbabwe à Harare, Zimbabwe, le jeudi 13 septembre 2007. Les actions zimbabwéennes sont sous-évaluées et méritent d’être considérées comme une option d’investissement en Afrique, selon Sanlam Investment Management. (Photo par Henner Frankenfeld / Bloomberg via Getty Images)
Les commerçants travaillent sur le parquet de la Bourse du Zimbabwe à Harare, au Zimbabwe. (Photo par Henner Frankenfeld / Bloomberg via Getty Images)

Le Zimbabwe a lancé une deuxième bourse pour négocier uniquement en devises étrangères, ont rapporté samedi les médias d’État, dans le but d’attirer les investisseurs extérieurs alors que le pays est aux prises avec un resserrement du forex.

Connu sous le nom de Victoria Falls Stock Exchange, le nouveau marché est une filiale de la Zimbabwe Stock Exchange (ZSE), basée à Harare, et commencera ses activités lundi, selon le journal public Herald.

“Nous avons vu une opportunité de travailler avec la ZSE pour créer une plate-forme mondiale pour le négoce d’actions en devises étrangères, et de le faire d’une manière qui favorise les investissements étrangers au Zimbabwe”, a déclaré le ministre des Finances Mthuli Ncube.

La nouvelle bourse – basée dans le nord-ouest des chutes Victoria, première destination touristique du pays – a marqué «la pierre angulaire» pour faire de la ville un «centre financier offshore», a déclaré le ministre.

Il s’adressera principalement aux conglomérats miniers et aux grandes entreprises internationales telles que le géant de l’assurance Old Mutual.

En juin, les autorités ont suspendu le commerce de la principale ZSE pendant un mois, l’accusant de complicité dans des activités financières illicites.

Le Zimbabwe est en proie à sa pire crise économique depuis plus d’une décennie, le gouvernement luttant pour payer ses travailleurs.

Le président Emmerson Mnangagwa, au pouvoir depuis un coup d’État militaire de 2017 qui a destitué Robert Mugabe, attribue le malaise économique aux «détracteurs» anonymes et aux sanctions imposées par l’Occident.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page