News

L’Egypte Sissi devrait être un vrai gagnant alors que les Egyptiens commencent à voter pour le parlement

Publié le: Modifié:

Les Égyptiens ont commencé à voter samedi lors de la première étape d’une élection parlementaire, un vote qui est très susceptible de produire une maison sans dents de représentants remplie de partisans du président Abdel Fattah al-Sissi.

Les élections ont lieu alors que le pays le plus peuplé du monde arabe est confronté à une légère augmentation des cas de coronavirus, les autorités avertissant qu’une deuxième vague de pandémie se profile.

À l’instar des élections sénatoriales d’août, les autorités électorales égyptiennes ont déclaré que des masques seraient distribués gratuitement aux électeurs et que les bureaux de vote auraient été désinfectés.

Quelque 63 millions d’électeurs ont le droit de voter lors de l’élection en deux étapes, dont les résultats ont été annoncés début décembre. Les autorités électorales ont réitéré les avertissements précédents selon lesquels ceux qui boycotteraient le vote pourraient être condamnés à une amende allant jusqu’à 500 livres égyptiennes (26,83 €).

Au total, 568 sièges sont à gagner, avec plus de 4 000 candidats se présentant individuellement pour 50% des sièges. Les courtiers du pouvoir affiliés au gouvernement, bien connus et riches, ont un avantage.

Les 50% restants des sièges de la Chambre sont réservés à plus de 1 100 candidats inscrits sur quatre listes de partis. Al-Sissi nommera 28 sièges, soit 5%, portant le nombre total de sièges dans la chambre à 596.

La première étape du scrutin s’est déroulée samedi et dimanche dans 14 des 27 provinces égyptiennes, dont Gizeh et la ville portuaire méditerranéenne d’Alexandrie. Les expatriés égyptiens à l’étranger ont voté plus tôt cette semaine.

Le vote dans les 13 autres provinces du pays, dont la capitale Le Caire et les deux provinces de la péninsule du Sinaï, aura lieu les 7 et 8 novembre. Chaque étape du vote sera suivie d’un second tour des élections.

Les résultats définitifs seront annoncés en décembre et la nouvelle chambre tiendra sa session inaugurale peu de temps après.

Aucune opposition politique formelle à al-Sissi

Le vote se déroule dans une atmosphère où la critique publique du gouvernement est fortement découragée. La plupart des médias égyptiens soutiennent al-Sissi et critiquent régulièrement les critiques en tant que traîtres ou partisans du groupe interdit des Frères musulmans, officiellement désigné comme une organisation terroriste.

Ces dernières années, les autorités ont intensifié leur répression contre la dissidence, ciblant non seulement les opposants politiques islamistes, mais aussi les militants laïcs pro-démocratie, les journalistes et les critiques en ligne. La tactique a laissé le président et ses partisans sans opposition politique officielle.

Les critiques disent que la législature de 596 sièges sera comme la précédente, qui n’était guère plus qu’un tampon pour la politique d’al-Sissi, laissant le général devenu président avec un pouvoir presque incontrôlé.

Le parti pro-gouvernemental Mustaqbal Watan, ou «Nation’s Future», compte le plus grand nombre de candidats individuels, avec 284 candidats en deux étapes.

(FRANCE 24 avec AP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page