News

OCHA condamne le meurtre d’écoliers au Cameroun

Des soldats patrouillent à Bafut, après que le toit du dortoir d’une école a été incendié pendant la nuit, le 15 novembre 2017, dans la région anglophone du nord-ouest du Cameroun. Les autorités camerounaises ont imposé un couvre-feu nocturne le 8 novembre 2017 et ordonné la fermeture de commerces et de lieux publics dans la ville principale d’une région secouée par les troubles au sein de la minorité anglophone du pays. Quatre bombes de fortune ont explosé dans la nuit du 12 novembre, une semaine après la mort de quatre soldats dans les deux zones administratives où vit la majorité de la minorité anglophone du Cameroun. Leur mort a été imputée par les autorités à des «terroristes» – des anglophones faisant campagne pour que les deux régions anglophones, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, se séparent du Cameroun. / AFP PHOTO / – (Crédit photo doit se lire – / AFP via Getty Images)
Fichier photo. Des soldats patrouillent à Bafut, après que le toit du dortoir d’une école a été incendié dans la nuit du 15 novembre 2017, dans la région anglophone du nord-ouest du Cameroun. / AFP PHOTO / – (Crédit photo doit se lire – / AFP via Getty Images).

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a fermement condamné samedi soir le meurtre d’écoliers dans la région anglophone du sud-ouest du Cameroun.

«La violence contre les écoles et les écoliers n’est acceptable en aucune circonstance, et peut constituer un crime contre l’humanité si elle est prouvée devant un tribunal», a déclaré Matthias Naab, coordinateur humanitaire au Cameroun, dans un communiqué publié samedi soir dans la capitale Yaoundé.

Tôt samedi, des étudiants étudiaient dans une salle de classe de l’Académie internationale bilingue Mère Francisca à Kumba, dans la région du sud-ouest, lorsque des hommes armés ont envahi et ouvert le feu. Selon OCHA, au moins huit enfants ont été tués et 12 autres blessés.

Les hommes armés seraient des séparatistes armés, actifs dans la région depuis 2017, selon les autorités locales.

Des séparatistes armés se heurtent aux forces gouvernementales depuis 2017 dans le but de créer une nation indépendante dans les deux régions anglophones du Cameroun, le nord-ouest et le sud-ouest.

Article précédentLe président de Samsung Electronics, Lee Kun-hee, décède à 78 ans
Avatar

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page