NewsSports

Manchester City: Comment les trois premiers ont donné le ton pour l’affichage dominant de la Ligue des champions à Marseille

Manchester City a eu beaucoup de problèmes à gérer dans les premières semaines de la saison, donc leur performance lors de la victoire de mardi contre Marseille était exactement ce dont ils avaient besoin.

Une forme inégale a vu City perdre des points lors de trois de ses cinq premiers matchs de Premier League, et ils étaient sans attaquants en forme en France après les blessures de Sergio Aguero et Gabriel Jesus.

Mais l’équipe de Pep Guardiola a répondu avec un affichage impressionnant dans une victoire confortable 3-0 cela les maintient en tête du groupe C et, en plus du résultat, il y avait beaucoup de points positifs sur tout le terrain.

Pas de problème cette fois contre cinq à l’arrière

Le graphique de gauche montre où Marseille a récupéré le ballon - seuls deux de leurs tacles réussis (triangles verts), interceptions (bleu) et récupérations de balle (jaune) ont eu lieu dans la moitié de la ville. En revanche, 37% (23/62) des défis réussis de City ont eu lieu dans la demie marseillaise, y compris lorsque Kevin de Bruyne (17 ans) a pris possession du ballon en bordure de la surface pour marquer le premier but de son équipe.
Le graphique de gauche montre où Marseille a récupéré le ballon – seuls trois de leurs tacles réussis (triangles verts), interceptions (bleu) et récupérations de balle (jaune) ont eu lieu dans la moitié de la ville. En revanche, 37% (23/62) des défis réussis de City ont eu lieu dans la demie marseillaise, y compris lorsque Kevin de Bruyne (17 ans) a pris possession du ballon en bordure de la surface pour marquer le premier but de son équipe.

J’ai été vraiment impressionné par l’intensité de toute l’équipe de la City contre Marseille, et je pense que la façon dont ils se sont comportés après les Français a beaucoup à voir avec leurs trois premiers.

Raheem Sterling, Ferran Torres et Phil Foden ont donné le ton dès le départ avec leur énergie, avec et sans ballon, et leur dynamisme a aidé City à s’imposer sur le jeu dès le début.

Oui, Marseille s’est assis et est resté profond avec cinq à l’arrière, donc une grande partie du match se jouait dans leur moitié de terrain, mais ce qui était remarquable, c’était la rapidité du roulement chaque fois que City perdait la possession.

Graphique de la position moyenne
Jusqu’où City a-t-il repoussé les cinq arrière de Marseille? Lors de la première mi-temps, la position moyenne des touches des 11 joueurs marseillais se situait dans leur propre moitié de terrain. En revanche, même les arrières centraux de City Aymeric Laporte (14) et Ruben Dias (3) étaient près de la ligne médiane.

Ils réagiraient rapidement et récupéreraient le ballon à cause de la pression sous laquelle ils mettaient Marseille – et ils ont marqué leur premier but en forçant une erreur sur le bord de la surface locale.

C’était très différent de la façon dont ils ont eu du mal à faire des incursions contre une formation similaire dans la première moitié de leur match nul avec West Ham ce week-end – lorsque Foden et Torres étaient tous les deux sur le banc.

Cartes thermiques de la possession de Man City contre West Ham (l) et Marseille (r)
Cartes thermiques de la possession de City dans la première moitié de leurs matchs contre West Ham (à gauche) et Marseille (à droite). City avait 66% de possession avant la pause contre les Hammers et 68,2% contre Marseille – mais ils ont opéré beaucoup plus haut sur le terrain contre les Français.

Pas de faux neuf rôle pour Torres

Voir Torres en tête cette fois était une surprise, car je pensais que Sterling obtiendrait le poste – et l’Espagnol n’était pas non plus un faux neuf – son rôle était différent, ce qui était encore un peu inattendu.

Pep lui a dit d’aller se tenir sur l’épaule des moitiés centrales de Marseille et d’utiliser son rythme pour essayer de se mettre derrière leur défense quand il le pouvait.

Cela était parfaitement logique avec Kevin de Bruyne sur le terrain, car avec un faux neuf qui tombe en profondeur, la défense adverse peut pousser vers le haut, réduisant l’espace pour De Bruyne.

Au lieu de cela, avoir quelqu’un qui joue rapidement en tant que numéro neuf a étiré le jeu et a donné à De Bruyne plus d’espace pour se promener.

Instantané montrant le XI de Man City contre Marseille: Ederson, Walker, Dias, Laporte, Zinchenko, Gundogan, Rodri, De Bruyne, Sterling, Torres, Foden

Torres a bien fait dans une position inconnue et la seule chose qui me manquait était dans le jeu de hold-up que City obtiendrait d’Aguero ou de Jesus – bien qu’il se soit amélioré en seconde période.

Je ne suis pas sûr que l’avoir à ce poste soit jamais considéré comme une réponse à long terme, mais cela a certainement fonctionné contre Marseille.

Je pense en fait que Guardiola va mélanger les choses avec son attaque alors qu’il est sans Aguero et Jésus dans les prochaines semaines, que ce soit avec Sterling dans un rôle identique à celui que Torres a joué ici, ou comme un faux neuf.

Dans le passé, Pep a utilisé De Bruyne plus en avant seul, ou avec Bernardo Silva, il a donc beaucoup d’options.

Sterling, par exemple, peut jouer n’importe où sur ce front trois. Pep le joue régulièrement sur la gauche pour qu’il puisse couper à l’intérieur à sa droite pour terminer, ou laisser de l’espace pour que son arrière-arrière se déplace largement autour de lui.

Il est très bon dans ce domaine, mais j’apprécie de le voir à droite contre Marseille et il a eu une soirée productive.

Les passes de Kevin de Bruyne contre Marseille
De Bruyne a effectué 58 passes contre Marseille et 47 d’entre elles ont réussi (flèches vertes) dont ses deux passes (flèches bleues)

De Bruyne a également été un plaisir à regarder, lors de son premier départ pour City depuis le 3 octobre.

Sans lui, ils n’ont pas été aussi bons que d’habitude ces dernières semaines mais, quand il est en pleine forme et qu’il joue comme ça, ils n’ont rien à craindre en attaque.

Une excellente performance d’équipe

La défense de City est considérée comme suspecte depuis un certain temps maintenant, mais ils étaient si à l’aise pendant la première heure environ mardi que leur équipe d’arrière central Aymeric Laporte et Ruben Dias aurait pu enfiler leurs pantoufles.

Il a fallu à Marseille jusqu’à la dernière demi-heure pour trouver un moyen de dépasser la presse de City mais, quand ils l’ont fait, Laporte et Dias étaient prêts.

Dias a fait quelques en-têtes de compensation vraiment importants lorsque des balles dangereuses ont été placées dans la zone de la ville, et c’était vraiment un bon signe qu’il n’a pas laissé son niveau de concentration chuter après une ouverture aussi facile du match.

Graphique montrant le groupe C de la Ligue des champions: 1er Man City, 2e Porto, 3e Olympiakos et 4e Marseille
City est 13e de la Premier League après deux victoires, deux nuls et une défaite lors de ses cinq premiers matchs, mais ils sont en tête de leur groupe de Ligue des champions après avoir battu Porto 3-1 et Marseille 3-0

Chaque joueur de City avait ce genre de concentration, cependant, et il semblait juste un très bon équilibre pour toute l’équipe.

Une fois qu’ils ont réalisé que Marseille ne sortait pas de leur propre moitié de terrain, Ilkay Gundogan et Oleksandr Zinchenko ont été autorisés à avancer et à se joindre à l’attaque.

Cela s’est transformé en une performance d’équipe très lisse. Au total, 760 des 821 laissez-passer de City ont réussi, ce qui montre à quel point ils étaient bons, tant collectivement qu’individuellement.

Vous devez vous rappeler que Marseille avait perdu ses 10 derniers matchs de Ligue des champions, donc c’était un match que City devait gagner – mais ils ont rendu les choses très faciles.

Michael Brown parlait à Chris Bevan de BBC Sport.

Lecture d'image de bannière autour de la BBC - BleuPied de page - Bleu

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page