News

Un “ financier du génocide ” rwandais plaide non coupable devant un tribunal de l’ONU

Affiche recherchée pour Félicien Kabuga, accusé de génocide. (Photo par MCT / Tribune News Service via Getty Images) Crédit: MCT / Tribune News Service / Getty Images

Le financier présumé du génocide rwandais de 1994, Félicien Kabuga, a plaidé non coupable mercredi alors qu’il faisait sa première comparution devant un tribunal de l’ONU après un quart de siècle en fuite.

Autrefois l’un des hommes les plus riches du Rwanda, Kabuga aurait aidé à mettre en place des médias haineux qui exhortaient les Hutus ethniques à «tuer les cafards tutsis» et financé des milices.

Aujourd’hui âgé de 80 ans, il a été arrêté en France en mai et transféré au tribunal de La Haye en octobre pour faire face aux accusations d’un rôle clé dans le meurtre de 800 000 Tutsis et Hutus modérés.

Le frêle Kabuga était assis dans un fauteuil roulant derrière un écran de verre dans la salle d’audience, portant un masque de coronavirus. Un fonctionnaire du tribunal l’a aidé à ajuster ses écouteurs.

Son avocat de la défense Emmanuel Altit a déclaré que Kabuga était «très fatigué» et «préférait ne pas parler», lorsque le juge Iain Bonomy lui a demandé si l’ancien homme d’affaires souhaitait plaider.

«Compte tenu de la situation, je vous serais reconnaissant si vous pouviez considérer cette absence de réponse comme un plaidoyer de non-culpabilité sur tous les chefs d’accusation, conformément aux règles et procédures», a déclaré Altit au tribunal.

Kabuga, qui jusqu’à son arrestation près de Paris était l’un des hommes les plus recherchés au monde, avait déjà nié les accusations lors de ses comparutions devant le tribunal en France.

Le Rwandais fait face à sept chefs d’accusation, dont le génocide, l’incitation au génocide, l’extermination et la persécution.

Le tribunal de l’ONU décidera plus tard s’il sera transféré à sa branche en Tanzanie pour y être jugé.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page