News

Le Maroc envoie des troupes à la frontière ouest de Saraha pour mettre fin aux “ provocations ” du Polisario

Publié le:

Le Maroc a annoncé vendredi que ses troupes avaient lancé une opération dans le no man’s land à la frontière sud du Sahara occidental pour mettre fin aux «provocations» du Front Polisario indépendantiste.

Rabat a déclaré que ses troupes «mettraient un terme au blocus» des camions circulant entre les zones contrôlées par le Maroc du territoire contesté et la Mauritanie voisine, et «rétabliraient la libre circulation du trafic civil et commercial».

Le Front Polisario a averti lundi qu’il considérerait un cessez-le-feu de trois décennies avec le Maroc comme terminé si Rabat déplaçait des troupes ou des civils dans la zone tampon.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a déclaré qu’il avait été contraint d’agir par les actions des combattants du Polisario et l’échec de ses propres appels et de ceux de la mission de maintien de la paix des Nations Unies, la MINURSO.

“Le Polisario et ses milices, qui se sont infiltrés dans la zone depuis le 21 octobre, ont commis des actes de banditisme, bloquant la circulation et harcelant continuellement les observateurs militaires de la MINURSO”, a indiqué un communiqué du ministère.

Un haut responsable du ministère contacté par l’AFP a déclaré que pendant environ trois semaines, environ 70 hommes armés avaient «attaqué des chauffeurs de camion, bloqué leur passage et se livrant à des extorsions».

Quelque 200 chauffeurs routiers marocains ont déclaré le 5 novembre qu’ils étaient bloqués dans des conditions difficiles du côté mauritanien de la frontière du désert.

Ils ont fait appel à Rabat et à Nouakchott pour les aider à rentrer chez eux après que les «combattants du Polisario» ont bloqué leur passage.

Ils ont exhorté les soldats de la paix de l’ONU à “jouer leur rôle dans la protection de la zone tampon et du passage frontalier, qui fournit une porte d’entrée pour le travail à des milliers de chauffeurs, d’agriculteurs et de commerçants”.

Le Sahara occidental, une vaste étendue de désert sur la côte atlantique de l’Afrique, est une ancienne colonie espagnole disputée.

Rabat contrôle 80 pour cent du territoire, y compris ses gisements de phosphate et ses lucratives pêcheries océaniques.

Les forces du Polisario sont largement confinées à l’intérieur du désert et aux camps de réfugiés peu peuplés de l’Algérie voisine, le principal soutien étranger du groupe indépendantiste.

‘Réponse vigoureuse’

La force de maintien de la paix de la MINURSO patrouille dans une zone tampon entre les deux parties depuis l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu négocié par l’ONU en 1991.

Le village de Guergerat à l’extrême sud du Sahara occidental est le dernier village sous contrôle marocain.

Au-delà se trouve une bande de désert où les combattants du Polisario ont maintenu une présence périodique ces dernières années.

Un commerce informel s’est développé en exportant des produits frais marocains vers la ville côtière mauritanienne de Nouadhibou, mais à la colère croissante de Rabat, il est régulièrement tombé sous le coup du Polisario.

Dans sa déclaration de lundi, le groupe, qui a fait campagne pour l’indépendance depuis les derniers jours de la domination espagnole dans les années 1970, a averti qu’il “réagirait vigoureusement en légitime défense et défendre sa souveraineté nationale” en cas d’incursion marocaine.

“Cela signifiera également la fin du cessez-le-feu et le début d’une nouvelle guerre dans toute la région”, a ajouté le communiqué.

Le Maroc, qui soutient que le Sahara occidental fait partie intégrante du royaume, a offert l’autonomie du territoire mais insiste sur le fait qu’il conservera sa souveraineté.

Le Polisario exige un référendum sur l’autodétermination comme prévu dans le cessez-le-feu de 1991.

Le référendum prévu a été reporté à plusieurs reprises en raison de différends entre Rabat et le Polisario sur les listes électorales et la question à poser.

Les négociations sur l’avenir du territoire impliquant le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie sont suspendues depuis un certain temps.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page