News

La centrale hydroélectrique de Karuma en Ouganda est presque terminée

Des employés locaux ont coulé du béton pour le fossé de drainage du projet hydroélectrique de Karuma en construction dans le district de Kiryandongo, dans le Midwest ougandais, le 9 novembre 2020 (Xinhua / Zhang Gaiping)

La construction de la centrale hydroélectrique de Karuma en Ouganda est entrée dans la phase finale malgré ce qui semblait être des défis insurmontables compliqués par la pandémie COVID-19 en cours.

Deng Changyi, directeur de projet de Sinohydro Corporation Ltd., l’entrepreneur en construction, a déclaré à Xinhua lors d’une récente visite que les travaux de la centrale électrique atteignaient un achèvement d’environ 98%. Une fois achevée, la centrale sera la plus grande installation de production d’électricité en Ouganda.

La centrale électrique de 600 mégawatts (MW) est construite à la fois en surface et sous terre, sous le Nil, ici dans le district du Midwest ougandais de Kiryandongo. La plupart des travaux physiques et d’installation sont terminés et les ouvriers sont maintenant engagés dans des travaux de finition comme la peinture, le nettoyage des tunnels et la construction de routes en surface.

Deng a déclaré que Sinohydro avait demandé au gouvernement d’approuver la mise en service par voie humide de la turbine 1-3. L’essai à sec de la turbine 4-6 est en cours. Chaque unité est conçue pour produire 100 MW.

Il a déclaré que Sinohydro était déterminé à remettre une centrale électrique de haute qualité malgré les défis auxquels elle a été confrontée pendant la phase de construction.

La fermeture des frontières de l’Ouganda et de l’aéroport international d’Entebbe en mars dans le but d’arrêter la propagation du COVID-19, a grandement affecté l’avancement du projet, selon Deng.

Le personnel d’ingénierie chinois n’a pas pu entrer dans le pays pour poursuivre les travaux et la livraison des équipements essentiels a également été retardée.

L’Ouganda a ouvert son espace aérien le 1er octobre en adhérant strictement aux mesures de prévention du COVID-19. Bien que les frontières soient restées ouvertes au transport de marchandises, les chauffeurs de camion étaient également soumis au strict respect des mesures de prévention du COVID-19, ce qui a entraîné des retards, selon Sinohydro.

A l’entrée principale du chantier, tous les entrants sont soumis à un contrôle de température, une désinfection des mains et les véhicules également désinfectés. La même procédure est répétée à plusieurs points d’entrée et tout le monde doit porter un masque facial.

Sinohydro est également en charge du projet d’interconnexion de Karuma, qui évacuera l’électricité de la centrale. Il y a trois lignes de transport qui quitteront la centrale électrique dans des directions différentes.

Selon le rapport d’étape de Sinohydro, le travail global a atteint 94,5% d’achèvement. La plupart des travaux d’érection et de cordage de la tour ont été réalisés, sauf dans quelques endroits où l’accès au chemin a été difficile. Ceci, selon Sinohydro, a entraîné des retards dans l’achèvement des travaux.

Le gouvernement, selon Sinohydro, est chargé d’acquérir un terrain et de le remettre à l’entrepreneur pour qu’il poursuive les travaux.

La centrale hydroélectrique de Karuma est l’un des projets phares de l’Ouganda financé par l’Export Import Bank (EXIM) de Chine. La banque EXIM finance 85% du projet tandis que le reste est financé par le gouvernement ougandais. Le coût du projet est d’environ 1,7 milliard de dollars américains.

La centrale, selon les experts, est essentielle pour répondre à la demande croissante d’électricité du pays dans le cadre des efforts visant à accélérer l’industrialisation. Selon les économistes, une alimentation électrique inadéquate est l’un des principaux goulots d’étranglement pour accélérer le développement économique de l’Ouganda.

Selon le gouvernement, Karuma produira de l’électricité de manière progressive, en commençant par les turbines déjà achevées jusqu’à la turbine finale, conduisant à une puissance installée de 600 MW.

Karuma est la deuxième centrale électrique financée par la Chine après la centrale hydroélectrique d’Isimba de 183 MW, mise en service l’année dernière. La mise en service de l’Isimba, d’une valeur de 566 millions de dollars, a contribué à l’augmentation de la puissance totale produite dans le pays à 1176,6 MW contre 953,8 MW, selon les chiffres du gouvernement.

Outre la construction de Karuma, Sinohydro a également entrepris trois projets de responsabilité sociale d’entreprise, chacun d’un montant de 1,5 million de dollars. Les projets comprennent la construction de deux centres de santé et d’une école primaire. Ces projets, selon le rapport d’étape de Sinohydro, seront achevés avant la fin mai 2021.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page