News

L’OMS salue les nouvelles “ encourageantes ” du vaccin COVID-19

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), prend la parole lors d’une conférence de presse sur l’épidémie de coronavirus COVID-19 à Genève, en Suisse, le lundi 2 mars 2020. Plus de 1,1 billion de dollars ont été effacés de la valeur de les actions et obligations des pays en développement la semaine dernière alors que l’impact économique du coronavirus s’aggravait. Photographe: Stefan Wermuth / Bloomberg via Getty Images
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Photographe: Stefan Wermuth / Bloomberg via Getty Images

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé a salué lundi des nouvelles «encourageantes» concernant les vaccins COVID-19, mais a exprimé sa préoccupation face à la flambée des cas dans de nombreux pays et a insisté sur le fait que la complaisance n’était pas une option.

«Nous continuons de recevoir des nouvelles encourageantes sur les vaccins COVID-19 et restons prudemment optimistes quant au potentiel de nouveaux outils pour commencer à arriver dans les mois à venir», a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse virtuel.

Mais il a ajouté: «Ce n’est pas le moment de la complaisance.»

Ses commentaires sont intervenus alors que les espoirs mondiaux de surmonter la pandémie de coronavirus ont été renforcés après qu’un deuxième vaccin candidat s’est avéré efficace à près de 95% dans un essai en cours.

Les nouvelles de la société de biotechnologie américaine Moderna ont apporté un optimisme indispensable dans un monde confronté à une augmentation des infections et à de nouvelles restrictions exténuantes.

Cela fait suite à l’annonce de résultats similaires la semaine dernière pour un candidat vaccin développé par le géant pharmaceutique Pfizer et son partenaire allemand BioNTech.

Mais l’OMS a averti que la disponibilité généralisée de tout vaccin reste encore loin, même si les cas et les décès de COVID-19 augmentent dans de nombreuses régions du monde.

«C’est un virus dangereux, qui peut attaquer tous les systèmes du corps», a déclaré Tedros. «Les pays qui laissent le virus fonctionner sans contrôle jouent avec le feu.»

-Le vaccin seul “ ne mettra pas fin à la pandémie ” –

Dans le monde, les infections ont grimpé en flèche au-delà de 54 millions avec plus de 1,3 million de décès, et les experts préviennent qu’il y a encore des mois difficiles et dangereux à venir.

«Un vaccin à lui seul ne mettra pas fin à la pandémie», a averti Tedros plus tôt lundi.

Lors de la conférence de presse du soir, il a déclaré que l’OMS était «extrêmement préoccupée par la flambée des cas que nous constatons dans certains pays».

Il a exprimé une inquiétude particulière concernant la situation en Europe et dans les Amériques, où les agents et les systèmes de santé «sont poussés au point de rupture».

«Les agents de santé en première ligne sont sollicités depuis des mois. Ils sont épuisés », a-t-il prévenu.

«Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour les protéger, en particulier pendant cette période où le virus augmente et où les patients remplissent les lits d’hôpital.»

Tedros a insisté sur le fait que les pays n’avaient «aucune excuse pour l’inaction.

«Une attitude de laisser-faire face au virus – ne pas utiliser la gamme complète des outils disponibles – conduit à la mort, à la souffrance et nuit aux moyens de subsistance et aux économies», a-t-il déclaré.

«Ce n’est pas un choix entre des vies ou des moyens de subsistance. Le moyen le plus rapide d’ouvrir les économies est de vaincre le virus. »

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page