News

Un PM britannique en auto-isolement après un contact testé positif au COVID-19

Le Premier ministre britannique Boris Johnson fait des gestes lors d’une conférence de presse sur les marches des bâtiments gouvernementaux à Dublin le 9 septembre 2019. – Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a déclaré lundi que l’Union européenne n’avait reçu de la Grande-Bretagne aucune alternative à la soi-disant disposition de soutien dans l’accord de divorce du Brexit. (Photo de Lorraine O’SULLIVAN / AFP) (Le crédit photo doit se lire LORRAINE O’SULLIVAN / AFP / Getty Images)

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est isolé après qu’un contact a été testé positif pour le coronavirus.

Londres, ANGLETERRE – 24 juillet: Le nouveau Premier ministre Boris Johnson s’adresse aux médias devant le numéro 10, Downing Street, le 24 juillet 2019, à Londres, en Angleterre. / Getty Images

“Il continuera à travailler depuis Downing Street”, a déclaré un porte-parole, ajoutant que le Premier ministre, qui a passé trois nuits en soins intensifs lors de son épisode d’avril du COVID-19, ne présentait aucun symptôme. “

L’Europe a été particulièrement touchée par une deuxième vague de pandémie, avec des freins réimposés souvent face aux manifestations de la Grèce à la Grande-Bretagne, où le Premier ministre et le survivant du COVID-19 Johnson se sont isolés après être entré en contact avec un député qui plus tard testé positif pour le virus.

Ailleurs sur le continent, l’Allemagne a averti que ses mesures anti-virus allaient probablement rester en place pendant plusieurs mois.

Dans une France durement touchée, le ministre de la Santé Olivier Veran a averti que si des mesures strictes de confinement avaient contribué à ralentir le virus, «nous n’avons pas encore gagné contre le virus».

Les craintes d’une résurgence persistent également dans les régions du monde qui ont largement maîtrisé leur charge de travail, comme en Australie, où un nouveau cluster est soudainement apparu dans une ville qui était restée sept mois sans épidémie majeure.

Et à Hong Kong, le gouvernement a encore durci les restrictions à partir de lundi sur le nombre de personnes dans les bars et restaurants, pour se prémunir contre un pic.

Les États-Unis, le pays le plus touché au monde, ont dépassé les 11 millions de cas dimanche, ajoutant un million de nouvelles infections en moins d’une semaine.

Les pics vertigineux ont obligé les villes et les États du vaste pays à mettre en œuvre de nouveaux freins pour essayer d’arrêter la propagation de la maladie, avec un avis de maintien à domicile entrant en vigueur lundi à Chicago – la troisième plus grande ville des États-Unis.

Les infections mondiales ont grimpé au-delà de 54 millions avec plus de 1,3 million de décès, et les pics inquiétants ont forcé les gouvernements à réimposer des restrictions profondément impopulaires et économiquement dévastatrices sur les mouvements et les rassemblements.

(Avec la contribution de l’AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page