News

Faim croissante, “ un scandale dans un monde d’abondance ”: Guterres

Le haut fonctionnaire de l’ONU a félicité le PAM pour avoir livré de la nourriture dans «les endroits les plus éloignés, dans les situations les plus dangereuses, dans les contextes les plus difficiles», avec un engagement, une générosité et une compétence énormes.

«Avec les besoins humains partout, et parfois avec des balles et des bombes hurlant dans les airs, vous avez apporté une aide vitale à des personnes vulnérables d’une manière qui est un exemple pour le monde entier», a-t-il déclaré. «Vous donnez de l’espoir non seulement en aidant les gens à répondre à leurs besoins alimentaires et nutritionnels immédiats, mais aussi en leur permettant de changer leur vie».

Il a souligné le message important au cœur de la décision du Comité Nobel d’attribuer le prix de la paix au PAM cette année, à savoir que «la nourriture c’est la paix» et s’est félicité que le travail «absolument exceptionnel» de l’agence soit reconnu.

«Vous êtes des messagers de la paix, des messagers si essentiels pour notre cessez-le-feu mondial», a déclaré M. Guterres. Le chef de l’ONU renforce son soutien derrière son appel mondial à faire taire les armes, exhortant les combattants à s’unir contre la pandémie de coronavirus.

Bien que le PAM, comme de nombreuses autres agences des Nations Unies, doive travailler dans des contextes politiquement chargés, la pandémie a eu un impact dévastateur sur l’état de la sécurité alimentaire mondiale, a souligné le chef de l’ONU.

«La faim augmente à nouveau…[and] la famine menace à nouveau plusieurs pays », a déclaré M. Guterres.

Il a cité les chiffres du PAM selon lesquels 690 millions de personnes n’ont pas assez à manger, alors que 130 millions de plus risquent d’être poussées au bord de la famine d’ici la fin de l’année, précisant que «c’est totalement inacceptable».

De plus, les impacts de l’insécurité alimentaire sont «profondément sexués», mettant à l’écart les femmes mêmes qui peuvent aider «à surmonter ce défi» à une plus grande souffrance.

Appelant à un plan de sauvetage massif pour les personnes et les pays les plus vulnérables, il a souligné la nécessité de veiller à ce que la reprise remédie aux inégalités et aux fragilités et que les systèmes de santé et de protection sociale soient renforcés par des systèmes alimentaires plus robustes, «élément clé de l’avenir».

M. Guterres a mis en lumière le «gigantesque» déficit de financement du PAM d’environ 5 milliards de dollars et a demandé le soutien de la communauté internationale.

(Avec la contribution du Programme alimentaire mondial)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page