News

L’OMS déploie un plan pour débarrasser le monde du cancer du col de l’utérus, sauvant des millions de vies

«Éliminer tout cancer aurait jadis semblé un rêve impossible, mais nous disposons désormais d’outils économiques et factuels pour faire de ce rêve une réalité», a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

La stratégie, soutenue par les États Membres de l’OMS à l’Assemblée mondiale de la Santé la semaine dernière, consiste à vacciner 90 pour cent des filles avant l’âge de 15 ans, à dépister 70 pour cent des femmes à 35 ans et à nouveau à 45 ans, et à traiter 90 pour cent. des femmes identifiées avec une maladie cervicale.

«Il s’agit d’une étape importante dans la santé mondiale, car pour la première fois, le monde a accepté d’éliminer le seul cancer que nous pouvons prévenir avec un vaccin et le seul cancer qui peut être guéri s’il est détecté tôt», a déclaré le Sous-Directeur général de l’OMS, le Dr Princess Nothemba Simelela a déclaré lors d’une conférence de presse.

«Nous avons une opportunité, en tant que communauté mondiale de la santé, de mettre fin aux souffrances de ce cancer.»

Selon les derniers chiffres, à partir de 2018, 570 000 femmes ont contracté un cancer du col de l’utérus et 311 000 sont décédées. Sans mesures pour y mettre un terme, le nombre annuel de cas devrait atteindre 700 000, avec 400 000 décès associés, d’ici 2030.

La lutte contre la maladie devrait apporter d’énormes dividendes économiques en raison de l’amélioration des perspectives de participation des femmes au marché du travail, avec 3,20 $ de retour à l’économie pour chaque dollar investi – ou 26 $ une fois que les avantages pour les familles, les communautés et les sociétés sont pris en compte.

Le cancer du col de l’utérus est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde. Les taux de mortalité sont trois fois plus élevés dans les pays à revenu faible et intermédiaire que dans les pays à revenu élevé.

La maladie est causée par deux types de virus du papillome humain (VPH), une infection sexuellement transmissible qui existe sous plus de 100 formes différentes, avec des symptômes qui peuvent être douloureux et stigmatisants.

«Il existe déjà trois vaccins disponibles pour lutter contre le VPH et plusieurs autres sont en cours de développement, mais actuellement, leur disponibilité est biaisée vers les pays plus riches, et le monde doit se rassembler pour aider les pays les plus pauvres à accéder aux vaccins», a déclaré le Dr Simelela.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page