News

Le Kenya ouvre une enquête sur le trafic d’enfants après la révélation de la BBC

SCREENSHOT de la BBC’s Baby Stealers expose
SCREENSHOT de la BBC’s Baby Stealers expose

À la suite d’une enquête d’un an menée par la BBC Africa Eye qui a révélé les opérations complexes du syndicat d’achat et de vente de bébés au Kenya, la police kényane a maintenant arrêté trois médecins d’un hôpital public de Nairobi en relation avec l’infraction et devrait être traduit en justice.

«Au fur et à mesure que les enquêtes se poursuivent, il est possible que davantage de personnes soient arrêtées», lit-on dans une déclaration du Service national de police

Selon le document d’enquête, le racket implique des membres de confiance de la communauté, des fonctionnaires bien placés, y compris des employés des hôpitaux publics dans un métier qui a volé des centaines de femmes de leurs enfants au profit financier de quelques-uns laissant derrière eux une traînée de douleur. et le désespoir.

Dans un communiqué, l’Inspecteur général de la police a demandé aux agents d’ouvrir des enquêtes dans les hôpitaux et les foyers pour enfants.

Pour relever ce défi dans tout le pays, l’Inspecteur général de la police a ordonné à tous les commandants de la police du comté de travailler en étroite collaboration avec les agents locaux des enfants et d’autres agences de sécurité locales pour entreprendre immédiatement des enquêtes et des opérations sur des questions touchant à la traite des enfants dans leurs domaines de compétence, en particulier dans hôpitaux publics et privés locaux et foyers pour enfants

Le gouvernement kényan a également constitué une équipe multi-agences pour enquêter sur les allégations de vol et de traite d’enfants dans le pays.

Selon le secrétaire du cabinet du travail et des services sociaux, Simon Chelugui, l’enquête en est à un stade préliminaire pour établir tous les réseaux derrière le syndicat.

«À la suite de cet exposé, une équipe d’officiers et d’experts des agences gouvernementales compétentes a été constituée pour enquêter de manière exhaustive et prendre les mesures nécessaires. En tant que gouvernement du Kenya, nous ne tolérons pas la traite des enfants et nous ferons tout notre possible pour aller au fond de cette question », a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Nairobi, la capitale du Kenya, mardi.

Chelugui a en outre assuré aux Kenyans que les établissements de santé à travers le pays sont sûrs et sûrs pour les mères et les enfants.

Il est maintenant demandé aux Kenyans de signaler tout cas de traite d’enfants à Child Helpline 116, à la police ou aux agences gouvernementales compétentes.

«Le gouvernement du Kenya s’est engagé à assurer la sûreté et la sécurité de tous les enfants et tient à informer les Kenyans que si, pour une raison ou une autre, ils peuvent ne pas avoir d’enfants, il existe des procédures légales d’adoption», le CS ajoutée.

Selon Africa Eye de la BBC, les agences chargées de retrouver les enfants disparus et de suivre le marché noir manquent de ressources et de personnel.

Au cours de ses quatre années de fonctionnement, l’organisation a travaillé sur environ 600 cas

«C’est un très gros problème au Kenya, mais il est sous-estimé. Chez Missing Child Kenya, nous avons à peine effleuré la surface », a-t-elle déclaré.

La peine pour la traite des enfants au Kenya est sévère. Une personne reconnue coupable est passible d’une peine d’emprisonnement d’au moins 30 ans ou d’une amende d’au moins 20 millions de shillings ou aux deux et sur condamnation ultérieure, à l’emprisonnement à vie.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page