News

Le Kenya va stimuler le secteur du tourisme grâce à des expériences de safari améliorées pour les visiteurs

Safari touristique en regardant les lions manger vautour, Masai Mara, Kenya. (Photo par Photofusion / Universal Images Group via Getty Images)
Safari touristique en regardant les lions manger vautour, Masai Mara, Kenya. (Photo par Photofusion / Universal Images Group via Getty Images)

Le Kenya prévoit de stimuler son secteur du tourisme en offrant des expériences de safari améliorées aux visiteurs internationaux, a annoncé mercredi l’agence de marketing touristique.

Betty Radier, PDG de l’Office du tourisme du Kenya (KTB), a déclaré qu’ils collaboreront avec les organisations professionnelles du tourisme dans ce sens en mettant en place les expériences Magical Kenya Signature (MKSE).

«Grâce au programme MKSE, qui en est à sa deuxième phase, les installations et les organisations sont tenues de fournir une valeur ajoutée à leurs vitrines grâce à des expériences de voyage exceptionnelles pour le voyageur», a déclaré Radier dans un communiqué.

Le ministère du Tourisme a déjà attribué 15 installations inaugurales de MKSE qui répondaient aux critères requis d’innovativité et de créativité dans le but d’offrir des expériences touristiques diverses.

Radier a déclaré que le Kenya cherchait à répondre aux attentes du voyageur actuel, plus attaché que jamais aux circuits expérientiels.

Elle a observé que le pays s’est taillé son créneau en tant que destination compétitive avec des expériences riches et diversifiées à travers le pays qui sont disponibles tout au long de l’année et adaptées à différents segments de voyage.

«Alors que le monde s’ouvre à nouveau aux voyages après la pandémie du COVID-19, il existe des tendances émergentes que les opérateurs du secteur devront connaître et intégrer dans leur stratégie commerciale et leur offre», a-t-elle déclaré.

«Certaines de ces tendances incluent la recherche d’expériences de voyage locales authentiques et immersives, les voyages lents, les expériences en plein air pour se connecter avec la nature et le besoin de contribuer à la conservation et aux communautés dans les destinations où ils se rendent», a ajouté Radier.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page