News

Les pays africains appelés à accroître leur vigilance pendant les vacances

DOSSIER – Dans cette photo d’archive du vendredi 1er février 2019, Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique. (Salvatore Di Nolfi / Keystone via AP, fichier)
DOSSIER – Dans cette photo d’archive du vendredi 1er février 2019, Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique. (Salvatore Di Nolfi / Keystone via AP, fichier)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté jeudi les pays africains à intensifier leur vigilance afin d’éviter un pic de cas positifs au COVID-19 pendant la saison des vacances.

Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, a déclaré que la période des fêtes, dont la caractéristique est la mobilité intensive et les réunions de famille, pourrait inverser les progrès réalisés vers l’endiguement de la pandémie.

«Alors que nous approchons de la période de l’année où les gens se déplacent pour passer leurs vacances ensemble, le risque de transmission du COVID-19 est plus grand», a déclaré Moeti dans un communiqué publié à Nairobi.

Elle a averti que de nouveaux grappes pourraient émerger pendant la saison des fêtes dans toute la région de l’Afrique subsaharienne si les communautés ne respectaient pas les directives de santé publique visant à freiner la propagation du virus.

«Mais nous pouvons réduire les risques en portant des masques, en limitant le nombre de personnes qui se rassemblent, en observant la distance physique et en pratiquant une bonne hygiène des mains», a déclaré Moeti.

Le nombre de cas et le nombre de décès liés au COVID-19 en Afrique s’élevaient à 2 013 388 et 48 408 respectivement jeudi sur la base des statistiques du Centre africain pour le contrôle des maladies (CDC) et la prévention.

Le continent a connu une flambée des infections depuis octobre, les statistiques de l’OMS indiquant que 19 pays ont signalé une augmentation de plus de 20% des nouveaux cas au cours des 28 derniers jours par rapport aux quatre semaines précédentes.

Sur une note positive, 17 pays ont connu une baisse de plus de 20% du nombre de nouveaux cas positifs au cours des 28 derniers jours grâce à l’efficacité des mesures d’endiguement.

Moeti a déclaré que la réouverture des économies et le non-respect des directives de santé publique telles que le lavage fréquent des mains, le port de couvertures faciales et l’éloignement physique étaient à l’origine de la flambée des infections en Afrique.

«Il existe un certain niveau de fatigue autour du virus et la prochaine saison des fêtes pourrait aggraver les risques», a déclaré Moeti, ajoutant que des interventions ciblées telles que des tests généralisés et la recherche des contacts sont essentielles pour contenir la pandémie.

Elle a déclaré que les gouvernements africains devraient renforcer les systèmes de santé locaux pour améliorer leur capacité à répondre rapidement à de nouveaux groupes pendant la période des fêtes.

Moeti a déclaré que les interventions localisées devraient mettre l’accent sur des tests robustes, la recherche des contacts et une protection renforcée des données démographiques vulnérables afin d’éviter une pression sur les établissements de santé qui pourrait déclencher une augmentation du nombre de décès.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page