News

Le G20 conclut avec l’allégement de la dette africaine une priorité

Avec le récent défaut de remboursement de la dette de la Zambie et l’inquiétude mondiale concernant les impacts économiques liés à la pandémie, la réunion du G20 à Riyad s’est terminée dimanche par un engagement jusqu’en juin pour l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) pour permettre aux pays en développement de reporter les paiements de la dette.

«La pandémie de coronovirus est non seulement la plus grande crise sanitaire de notre temps, mais aussi une grave crise sociale et économique. La pandémie a retardé les efforts mondiaux pour éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités », a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa, actuel président de l’Union africaine.

«Pour sortir de la crise, nous devons redoubler d’efforts pour respecter nos obligations mondiales telles que reflétées dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies, en particulier notre engagement à ne laisser personne de côté et à aider les plus éloignés en premier», Ramaphosa ajouté. «Nous devons veiller à ce qu’un financement approprié, à grande échelle et supplémentaire soit fourni aux pays en développement, ainsi qu’un appui au transfert de technologie et au renforcement des capacités.»

Quelque 46 des pays les plus pauvres du monde ont profité de la suspension de la dette, selon le Fonds monétaire international, la déclaration du G20 confirmant jusqu’à présent un total de 5,7 milliards de dollars de report du service de la dette pour 2020. Le FMI a mis en garde contre un déficit de financement pour les seuls pays africains, estimé à 345 milliards de dollars jusqu’en 2023.

«Compte tenu de l’ampleur de la crise du COVID-19, des vulnérabilités importantes de la dette et de la détérioration des perspectives dans de nombreux pays à faible revenu, nous reconnaissons que des traitements de la dette au-delà de la DSSI peuvent être nécessaires au cas par cas», a déclaré le G20 dans ses déclaration. Les pays du G20 ont également réitéré leurs appels aux banques de développement et aux prêteurs privés pour soutenir les efforts d’allégement de la dette.

Ramaphosa et le Président Paul Kagame du Rwanda ont assisté aux réunions virtuelles du G20 organisées par Riyad, ce dernier en sa qualité avec l’Agence de développement de l’Union africaine (NEPAD).

Image: Présidence Rwanda

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page