NewsSports

Officiel: L’Afrique a besoin du vaccin COVID-19 à 60% en 2-3 ans Continent vaccinal Afrique Continent CDC

Le plus haut responsable de la santé publique en Afrique a déclaré que 60% de la population du continent doit être vaccinée contre le coronavirus dans les deux à trois prochaines années.

Le directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies, John Nkengasong, a déclaré aux journalistes jeudi que si cela prend quatre à cinq ans, «le virus sera endémique dans nos communautés».

Les responsables de la santé africains se réjouissent des progrès réalisés dans le domaine des vaccins, mais les inquiétudes grandissent quant au fait que le continent de 1,3 milliard d’habitants sera proche du bout de la ligne pour obtenir des doses. Nkengasong ne sait pas si les vaccins seront disponibles en Afrique avant le deuxième trimestre de l’année prochaine.

Mais il repousse les peurs et la désinformation autour des vaccins COVID-19, affirmant que «si j’avais le moyen aujourd’hui de prendre un vol pour le Royaume-Uni et de recevoir ce vaccin, je le ferais maintenant. Il faisait référence au feu vert de la Grande-Bretagne pour l’utilisation d’urgence du vaccin mis au point par le pharmacien américain Pfizer et l’allemand BioNTech.

Nkengasong affirme que l’objectif de vaccination de 60% est nécessaire pour obtenir l’immunité collective dans les 54 pays d’Afrique.

Il a souligné les défis à venir, affirmant que «le continent dans son ensemble n’a jamais vacciné 200 millions de personnes en un an», une référence à l’objectif d’atteindre environ 20% de la population d’ici la fin de 2021.

Nkengasong a également promis qu ‘«aucun vaccin sous-standard ne sera utilisé en Afrique». Le continent ne peut pas se permettre d’approuver les réglementations pays par pays, a-t-il déclaré, estimant que cela prendrait cinq ans ou plus. Au lieu de cela, le CDC Afrique offre une plate-forme où les organismes de réglementation nationaux peuvent s’entendre sur un mécanisme pour approuver tous les vaccins qui arrivent sur le continent, a-t-il déclaré.

«Nous sommes plus forts quand nous sommes ensemble», a-t-il ajouté, alors qu’une poignée de pays africains ont commencé à chercher à obtenir des doses de vaccin pour leurs propres citoyens en dehors de l’initiative mondiale visant à une distribution équitable des vaccins connue sous le nom de COVAX. «Si nous adoptons une approche dispersée en tant que continent, notre stratégie globale en souffrira.»

Le continent africain compte désormais près de 2,2 millions de cas de virus confirmés, soit environ 3,5% du total mondial, alors que les responsables de la santé mettent en garde contre les signes d’une deuxième poussée dans certains pays.

«Les deux prochains mois sont cruciaux parce que le continent dans son ensemble entrera dans la saison des vacances», ce qui signifie plus de voyages des zones urbaines aux zones rurales, a déclaré Nkengasong. «Je crains que nous atteindrons un sommet, probablement le même que celui de juillet ou août, dans les mois à venir.»

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page