News

Le chef de l’opposition malienne meurt de Covid-19 mois après sa libération par les djihadistes

Publié le:

Le chef de l’opposition malienne Soumaila Cissé est décédé des suites d’un coronavirus à l’âge de 71 ans, ont annoncé vendredi sa famille et son parti, deux mois seulement après avoir été libéré par des militants djihadistes lors d’un échange de prisonniers.

Cissé “est décédé en France, où il avait été emmené pour soins Covid-19”, a déclaré à l’AFP un membre de sa famille.

“Je peux confirmer cette terrible nouvelle. Il est mort”, a déclaré à l’AFP un dirigeant du parti URD de Cissé, affirmant que l’épouse du politicien lui avait fait part.

Cissé a été arraché par des djihadistes le 25 mars alors qu’il faisait campagne dans la région du nord-est de Tombouctou avant des élections législatives longtemps retardées.

Il est libéré six mois plus tard en octobre aux côtés de la française Sophie Pétronin et de deux Italiens.

Les otages ont été échangés contre quelque 200 prisonniers dont la libération a été demandée par des groupes djihadistes.

“Je n’ai subi aucune violence, ni physique ni verbale”, a déclaré Cissé après sa libération.

Ancien leader de l’opposition au parlement, Cissé a été finaliste à trois élections présidentielles.

En 2013 et 2018, il a été battu par Ibrahim Boubacar Keita, qui a été évincé lors d’un coup d’État militaire du 18 août.

À la suite du vote de 2018, Cissé a accusé des responsables d’avoir truqué l’élection, affirmant qu’il avait remporté un second tour avec 51,75% des voix contre 48,25% de Keita.

Ingénieur et informaticien de formation, Cissé a étudié au Sénégal et en France, où il a travaillé pour de grandes entreprises dont IBM avant de retourner au Mali.

(FRANCE 24 avec AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page